RMC Sport

Les Parisiens de Bordeaux prêts pour la « fête des voisins »

Yoan Gouffran

Yoan Gouffran - -

Dans l’effectif de Bordeaux, près d’un tiers des joueurs viennent de la région parisienne. Pour Henri Saivet, Yoann Gouffran, Nicolas Maurice-Belay et leurs potes, la réception du PSG, dimanche (21h) en clôture de la 21e journée de L1, revêt une saveur toute particulière.

Bordeaux-PSG n’a rien d’un derby. Sur le papier en tout cas. Mais pour près d’un tiers des Girondins, l’affiche prend des allures de fête des voisins. Sur un effectif de 26 joueurs, ils sont 8 à être originaires d’Ile de France : Yoan Gouffran, David Bellion, Nicolas Maurice-BelayGrégory Sertic, Kevin Olimpa, Abdoulaye Keita, Hadi Sacko et Henri Saivet. Ce dernier est né à Dakar mais il a grandi en région parisienne, avant d’évoluer dans les catégories de jeunes du PSG. A l’instar des autres « expatriés » du vestiaire, il attend avec impatience la venue des stars de la capitale, dimanche (21h), en clôture de la 21e journée de Ligue 1.

« On est tous motivés parce que c’est Paris, reconnait l’ailier de 22 ans. Tout le monde veut les faire tomber, c’est évident. Moi, encore plus, vu que je suis de la région parisienne. A chaque fois qu’on les joue, on se dit : ‘Il faut qu’on les batte !’ Ce sera un match particulier ». Un match qui devrait permettre à Chaban-Delmas de fermer ses guichets pour la première fois de la saison. Un soutien dont les « Parisiens de Bordeaux » espèrent profiter pour renverser la bande à Zlatan. « C’est le match de l’année, lâche Maurice-Belay, natif de Sucy-en Brie (Val de Marne). Affronter Paris, c’est toujours motivant pour les joueurs et le public. Je viens de la banlieue parisienne. Lorsque je joue au Parc des Princes, toute ma famille et mes amis viennent me voir. C’est un match qui compte pour moi ».

Saivet : « Lucas a 2 jambes et 2 bras, comme moi »

Une soirée de gala qui peut permettre aux Girondins de marquer les esprits. Quatrièmes du classement, derrière le trio Lyon-Paris-Marseille, les hommes de Francis Gillot entendent bousculer la hiérarchie. Face à un PSG privé de ses deux Thiago, Silva et Motta, l’affaire semble envisageable. A condition de ne pas jouer les spectateurs privilégiés contre les troupes de Carlo Ancelotti. « Une fois sur le terrain, on n’aura aucun complexe, assure Saivet, qui aura l’occasion de croiser Lucas Moura, la dernière recrue des Rouge et Bleu. Il a un énorme potentiel. Il n’a que 20 ans et il est déjà en équipe du Brésil, ce n’est pas pour rien. Sur ses dribbles, ses prises de balle, on voit qu’il a de la qualité. Il faudra faire très attention. Mais après, ça reste un joueur avec 2 jambes et 2 bras, comme moi ».

Reste à le prouver sur le rectangle vert, où Bordeaux n’a plus connu la défaite depuis 8 matchs, toutes compétitions confondues (3 victoires, 5 nuls). Pour prolonger sa bonne période, le club au scapulaire doit scalper le champion d’automne. Un rêve qu’au moins 8 de ses joueurs sont bien décidés à s’offrir.

Alexandre Jaquin avec Olivier Schwarz, à Bordeaux