RMC Sport

Les Verts gâchent la première de Courbis

-

- - -

Vainqueur sur le terrain de Montpellier (1-0) ce vendredi soir, Saint-Etienne a offert à Rolland Courbis une défaite pour ses retrouvailles avec le banc de touche du MHSC. Le nouvel entraîneur du MHSC a beaucoup de travail en perspective.

Il n’a pas changé. Les mêmes mimiques animées sur le banc. Les gestes à l’adresse de ses troupes. Les « Calme ! Calme ! Calme ! » à ses joueurs après même pas trois minutes de jeu. Les réclamations auprès de l’arbitre pour les quelques mètres gagnées par François Clerc sur chacune de ses touches. Le signe au public quand ce dernier scande « Courbis ! Courbis ! ». Les bras en l’air lors des décisions arbitrales qu’il estime discutables. La tête dans les mains à chaque occasion de but. Les « C’est pas fini ! C’est pas fini ! » dans les dernières minutes. Le franc-parler à l’issue de la rencontre, aussi. Et il en aura, des choses à dire, après cette première…

Quatre ans et demi après avoir quitté La Paillade sur une montée dans l’élite, Rolland Courbis a repris place sur le banc montpelliérain ce vendredi soir. En Ligue 1, cette fois, pour une défaite face à Saint-Etienne (1-0) qui enfonce un peu plus le MHSC dans sa série de dix matches sans victoire, dont neuf en championnat. Avec surtout un constat implacable pour Coach Courbis : s’il savait que redonner un élan positif à Montpellier ne serait pas chose aisée, il est désormais assuré de la difficulté de la tâche. L’effet psychologique du changement d’entraîneur ? On ne l’a pas vu. Comme si Cabella & co n’avaient pas su mettre les brins de folie et de révolte insufflés par leur nouvel homme de banc. A voir la première période, on avait même une sensation de situation inversée. De Verts bien plus volontaires. Le tout dans une prestation globale indigente des deux camps.

Sixième défaite en L1 pour Montpellier

Au programme ? Un tir cadré à zéro pour Saint-Etienne lors de 45 premières minutes marquées par des fautes et des erreurs techniques. L’idée d’une purge footballistique, quoi. Très actif, Tabanou se montrait le plus remuant des Stéphanois et inquiétait à plusieurs reprises Montpellier (11e, 13e, 29e), dont une belle volée stoppée par Jourdren (17e). Brandao (6e, 20e) et Corgnet (45e + 1) tentaient eux aussi leur chance sans succès. De l’autre côté, seuls un coup franc enroulé de Cabella (22e) et une tête de Mounier (31e) portaient le danger devant le but vert. Pas joli, joli, tout ça. Les plus optimistes rêvaient alors d’une seconde période aux antipodes. Elle sera du même acabit, entre ennui global et ratés techniques à faire étouffer les amoureux de la technique en mouvement. Montpellier sera proche de faire trembler les filets suite à un centre de Cabella sur lequel l’intervention de Perrin trompait presque son propre gardien (62e).

La chance montpelliéraine était passée. Treize minutes plus tard, Hamouma ratait le cuir sur un centre signé Ghoulam. Mais pas Gradel, qui ouvrait le score (1-0, 75e). L’addition aurait même pu être plus salée si Hamouma n’avait pas trop enlevé sa frappe (76e). Avec ce succès plutôt mérité, les Verts prennent la sixième place, à égalité de points avec Bordeaux et Marseille (qui jouent ce week-end). Le champion de France 2012, lui, concède une sixième défaite en Ligue 1 cette saison mais reste hors de la zone rouge avec cinq points d’avance sur le premier relégable, Valenciennes. Mais la trajectoire de Montpellier épouse celle des équipes en grand danger. Il reste du travail, Rolland, beaucoup de travail. Dans le jeu comme dans les têtes.

A lire aussi :

>> En images : "Coach Courbis", 27 ans sur le banc

>> Ce soir, c'est Coach Courbis !

>> Taxe à 75% : Monaco sauvé par le gouvernement !

Alexandre Herbinet