RMC Sport

Ligue 1: Aulas veut des play-offs pour régler la fin de saison

Jean-Michel Aulas a accordé un entretien à RMC Sport après l’annonce de l’arrêt des championnats de football professionnel. Le président de l’OL ne s’avoue pas vaincu et formule des propositions pour achever la saison en cours, avec des play-offs.

Jean-Michel Aulas, comment réagissez-vous à cette annonce du gouvernement sur l'arrêt de la saison de Ligue 1 ?

Le gouvernement prend les décisions qui lui permettent d'assurer et d’assumer des responsabilités. On ne peut pas les critiquer ou les discuter. Elles correspondent, c’est vrai, à l’information de l’instant sur sur une crise sanitaire qui est probablement unique dans la vie d’un gouvernement. Je pense qu’ils ont pris un certain nombre de décisions qui ne sont pas exactement celles que nous attentions. Après, je pense que dans l’interprétation que l’on doit avoir des décisions qui ont été annoncées, il y a peut-être le chemin pour faire un certain nombre de propositions qui permettraient de poursuivre la saison de football ou en tout cas de continuer à jouer. 

Quelles seraient ces propositions ?

D’une part, j’ai écouté attentivement le Premier ministre. J’ai aussi participé à l’échange avec la ministre des Sports qui était extrêmement précis. Ce que j’ai compris, c’est que le plan qui a été proposé par la Ligue, qui était un plan qui permettait de terminer le championnat en reprenant à partir du déconfinement le 11 mai et en commençant à jouer le 15 juin, pouvait permettre de terminer le 3 août. Ce que j’ai compris dans les déclarations des uns et des autres, c’est que ce plan n’avait pas été accepté. Et qu’il y avait un certain nombre de contraintes avec des points d’étape début juin, d’autres en juillet, d’autres en août qui auraient permis ou qui permettraient peut-être d’être en harmonie avec ce que souhaite l'UEFA. La difficulté de ce qui est interprété aujourd’hui, c’est que la France prend une direction qui n’est pas obligatoirement celle de tous les pays européens. Et qui n’est pas conforme à ce que souhaitait l’UEFA, donc ça va poser surement un certain nombre de problèmes aux clubs qui sont qualifiés en Coupe d’Europe comme le PSG et l’OL. Mais aussi poser un certain nombre de problèmes quant à la définition de qui va descendre, de qui est qualifié pour les Coupes d’Europe. Il y a un certain nombre d'interprétations si le championnat se termine avant le mois d'août qui sont surement dommageables et préjudiciables pour un certain nombre de clubs.

>>> Ligue 1: les questions qui se posent après l'arrêt définitif de la saison

La saison de Ligue 1 et de Ligue 2 est-elle terminée ou faut-il, selon vous, trouver une solution alternative qui puisse convenir à tout le monde ?

Premièrement, j’ai participé au Comex (Comité exécutif) cet après-midi de la fédération. On a surtout parlé du championnat de National 1, qui est du ressort de la Fédération. Et puis de la ligue féminine où l’OL est en tête. J’avais compris que les décisions qui ont été débattues au sein du comex touchaient ces deux compétitions qui sont du ressort de la fédération. Et puis il y a deux divisions professionnelles qui sont du ressort de la ligue. Ce que j’ai compris, c’est que la ligue devait convoquer au travers d’un bureau, qui devrait avoir lieu jeudi, un conseil d'administration. Et que ce conseil d’administration devra statuer sur la fin ou le prolongement des championnats de L1 et L2. Le président de la fédération a tout pouvoir de dire les choses telles qu’il les ressent lui-même, mais ce sera par le bureau et le conseil d’administration au niveau de la ligue, cette semaine et la semaine prochaine, qui permettront de prendre la décision définitive. Je regrette qu’on aille vite en besogne. L’UEFA a défini des scénarios différents. Je ne sais pas comment on va concilier cette décision française potentielle et puis ce qu’a défini l'UEFA. Je pense qu’il faut être prudent et regarder quelles sont les conséquences de cette décisions. Ceux qui se retrouveraient qualifiés pour des compétitions ou se maintiendraient en première division sont favorisés par cette décision. De la même manière que d’autres décisions qui auraient pu être prises n'ont pas été prises, celle-ci peut poser aussi un certain nombre de questions. C’est pour ça que je pense qu’il faut aller au bout de l’analyse et que la ligue prenne ces décisions quand elle pourra le faire en conseil d'administration d’abord, puis validées par une assemblée générale.

Que répondez-vous aux gens qui disent que vos doutes sont liés uniquement au classement de l’OL ?

Ils ont raison parce que la question qu'ils se posent est la même que si on arrête le championnat avant la fin. Et donc, dans un cas, on peut imaginer que ceux qui estiment qu’il y a d’autres solutions plaident pour le classement qui serait celui de leur club. De la même manière, on peut imaginer que ceux qui veulent absolument arrêter le championnat aujourd’hui, sont ceux qui sont en situation soit de jouer les Coupes d’Europe, soit de ne pas descendre. 

Trois solutions sont évoquées pour le classement, laquelle a votre préférence ?

Je voulais suivre de manière très claire ce qu’a initié l’UEFA et je me disais que si on avait pas le temps de terminer le championnat, il était peut-être utile de se pencher sur une solution de play-offs. J’ai vu qu’un certain nombre de consultants l'avait proposée. Elle consisterait pour le haut et le bas à terminer de manière plus rapide les phases initialisées. Cette solution-là, qui conviendrait probablement à l’UEFA, est, je pense, une solution meilleure. Maintenant, chacun peut avoir sa solution évidemment, la meilleure était d’aller à la 38e journée. On sait qu’au cours des six dernières années, près de 40% des clubs qui n’étaient pas en situation soit de descendre, soit de se qualifier pour la Coupe d’Europe, pouvaient l’être à la 38e. Ce sont les statistiques qui parlent. Toutes les décisions qui pourrait être prises pourront être justifiables ou critiquables. Ceux qui pensent que la solution est d'arrêter le championnat à la 28e journée doivent imaginer que ceux qui ont d’autres solutions ont aussi raison qu’eux. 

Quelle est votre position sur la Ligue des champions ? L’OL a envie de la terminer ?

Bien sûr, comme toutes les compétitions. L’OL a une équipe qui lui permet d’être qualifié dans toutes les compétitions. Cela a été confirmé par l’UEFA, l’OL est le seul club en Europe encore qui est qualifié dans les trois compétitions de l’UEFA : nous sommes en quarts de finale de la Youth League, en quarts de finale de la Ligue des champions féminine et nous sommes en ballotage favorable pour le match retour (8es de finale) contre la Juve en Ligue des champions. Nous sommes bien sûr favorables à aller jusqu’au bout et à jouer en août, soit en France à huis clos, soit à l’étranger.

Si les autres championnats européens reprennent, notamment l’Italie avec la Juve, les clubs français ne vont-ils pas être défavorisés ?

De toute façon, moi, j’analyse la déclaration du Premier ministre comme la possibilité de pouvoir s’entraîner dès le mois de juin, en respectant les règles édictées. Je n’ai pas la même lecture que certains sur l’organisation des compétitions. En reprenant l’entraînement mi-juin, je pense qu’on peut sûrement arriver à faire un certain nombre de matchs en juillet, qu’ils soient amicaux ou officiels, pour être opérationnel à partir du 3 août, qui est pour le moment le programme arrêté par l’UEFA.

Vous pensez qu’il sera possible de s’entraîner en juin et juillet ?

Moi, il me semble que c’est possible dans les déclarations d’Edouard Philippe. Mais c’est vrai qu’on a plusieurs interprétations possibles. Ceux qui veulent s’arrêter considèrent que ce n’est pas possible. Et puis ceux qui veulent aller jusqu’au bout considèrent qu’à partir de début juin, il y a à nouveau une phase d’examen et que si on est dans les conditions fixées par les étapes du déconfinement, on devrait pouvoir commencer à s’entraîner. D’abord deux par deux, puis par dix, puis après de manière tout à fait normale. Je suis d’ailleurs poussé dans cette analyse par le fait que l’Allemagne reprend apparemment sans qu’il n’y ait de contrainte supplémentaire. L’Espagne s’interroge pour repartir, l’Italie aussi. L’Angleterre, je ne sais pas encore. Il ne faudrait pas que la France fasse une marche unique dans cette compétition UEFA, qui vienne pénaliser les clubs français qui eux sont prêts à jouer les compétitions.

Quelle sera votre réaction jeudi si le bureau et le conseil d’administration de la Ligue valident le fait que les championnats sont terminés, comme l’a dit Noël Le Graët ce mardi soir ?

Vous savez, nous sommes tout à fait légitimistes. Si la décision d’arrêter se confirme, on prendra nos dispositions pour voir quels sont nos droits. Et surtout, voir quelle est la position de l’UEFA. On regardera quelles sont les positions qui sont proposées par l’UEFA. Je sais que l’UEFA a apprécié aujourd’hui différemment la position de la Ligue et de la Fédération d’arrêter ces compétitions.

Que va-t-il se passer dans les prochains jours pour les joueurs de l’OL ?

La décision n’est pas prise. On a un call demain matin (mercredi) qui va permettre, avec les entraîneurs et Juninho, de prendre la décision la plus adaptée. Nous sommes dans un schéma où nous devions reprendre, selon les dates du déconfinement, début mai. On va le décaler, probablement au 5 juin qui est je crois la date donnée par le Premier ministre pour faire un point d’étape, pour savoir si on pourra s’entraîner plus normalement.

Il n’y a pas de crainte à avoir sur la situation financière de l’OL ?

Non, on a une situation qui est extrêmement positive, avec des fonds propres qui permettent d’attendre et de préparer l’équipe pour la saison prochaine. L’Olympique lyonnais, quelles que soient les orientations, aura une équipe très compétitive la saison prochaine. De la même manière que Marseille a bénéficié de ne pas jouer tous les trois jours cette année, si on devait ne pas participer à une Coupe d’Europe la saison prochaine, mais je ne l’imagine pas, on se préparerait pour être encore plus compétitif dans le futur.

Mohamed Bouhafsi