RMC Sport

Ligue 1: Castaner assume les interdictions de déplacement de supporters

Invité exceptionnel de Jean-Jacques Bourdin ce mercredi sur BFM TV, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a évoqué les nombreuses interdictions de déplacement des supporters qui rythment chaque week-end de football professionnel en France. Il veut les réduire mais assume ces décisions.

Chaque week-end, elles fleurissent. Les interdictions de déplacements de supporters adverses sont devenues si courantes en Ligue 1 ou Ligue 2 qu’il est désormais moins rare de voir des parcages visiteurs vides que remplis. Invité de Jean-Jacques Bourdin ce mercredi sur BFM TV, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a promis qu’il souhaitait réduire la fréquence de ces décisions préfectorales, tout en les assumant entièrement.

"Si l’enjeu de sécurité est en cause, je ne négocie pas"

"Il nous arrive d’interdire effectivement à des supporters d’un club de se rendre dans la ville du match, reconnaît-il. L’objectif est que tous les clubs et tous les supporters puissent se déplacer mais nous devons assurer la sécurité. Il y a, quelques fois, des confrontations pour lesquelles nous aurons besoin de mobiliser énormément de force. D’un côté, je dois assurer la sécurité des Français, je dois prendre en compte les conditions de travail des policiers et des gendarmes et je dois assurer. Si je sais que je n’ai pas les moyens de bien assurer la sécurité d’un match parce que je n’ai pas les forces disponibles, je préfère assumer que le préfet prenne la décision d’interdire aux supporters de venir. Il faut que ce soit le moins souvent possible mais si l’enjeu de sécurité est en cause, je ne négocie pas, je ne cède pas."

Chants homophobes? "Les sanctions existent" 

Le ministre a également évoqué les interruptions de match provoquées par des chants ou insultes homophobes entendus dans les tribunes. Il souhaite laisser les instances prendre ce dossier en main en collaboration avec le gouvernement. "Il faut les dénoncer, a-t-il déclaré. Vous aimez le foot, j’aime le foot et ça n’a pas sa place. Il ne faut pas jeter l’opprobre sur tous les supporters parce qu’ils ne sont pas tous homophobes ou racistes mais certains le sont. Il faut des sanctions, elles existent. Je crois à la régulation du système par le système. Je ne crois pas à la décision de dire il faut des lois, toujours des lois. Nous avons des instances qui ont marché contre le hooliganisme. Souvenez-vous de ce que nous vivions dans les stades en France. Toute une série de sanctions sont possibles. Je suis prêt à y travailler avec la ministre en charge des Sports (Roxana Maracineanu, ndlr) mais aussi avec la Fédération française et la Ligue. C’est dans ce cadre qu’il faut le faire."

NC