RMC Sport

Ligue 1: débouté par le Conseil d'Etat, l'OL réclame des indemnités à la LFP

Le Conseil d’Etat a rejeté ce vendredi les recours de Lyon, Amiens, Ajaccio, Troyes et Clermont contre l'arrêt prématuré des saisons de Ligue 1 et Ligue 2. En réponse, l'OL "confirme sa volonté de poursuivre exclusivement son recours indemnitaire" contre la LFP.

Les Gones contre-attaquent. Dans un communiqué publié ce vendredi soir, l’OL réagit à la décision du Conseil d’Etat, qui a rejeté son recours contre l'arrêt prématuré de la saison de Ligue 1, décidé en mars dernier par le conseil d’administration de la Ligue de football professionnel, en pleine épidémie de coronavirus. Amiens, privé d'une chance de maintien dans l'élite et Ajaccio, Troyes et Clermont, qui n’ont pas pu disputer les play-offs d'accession à la Ligue 1, avaient également déposé un recours. Ils ont tous été rejetés par le Conseil d’Etat. En réponse, Lyon confirme sa "volonté de poursuivre exclusivement son recours indemnitaire" contre la Ligue.

"La LFP a décidé unilatéralement et prématurément d’arrêter le championnat, privant tous les clubs d’une partie importante de droits TV qui aurait pu et dû être sauvegardée. La situation actuelle est là pour en attester l’importance et tous les clubs peuvent en mesurer les conséquences économiques désastreuses", insiste l’OL, qui a longtemps mené un combat, en particulier Jean-Michel Aulas, pour faire rétropédaler les instances dirigeantes du football français et permettre la reprise de la saison.

Dès le 30 avril, et l'officialisation du classement final en L1 par la Ligue, Aulas avait menacé d'intenter des recours contre cette décision.

L'OL ne compte pas en rester là

Il était passé à l'action, en déposant un premier recours auprès du Tribunal administratif de Paris "pour permettre qu’on puisse envisager de reprendre à très court terme le championnat", et un deuxième concernant "les modalités d’arrêt du championnat". Concernant le dossier de l’OL, qui occupait la septième place au moment de l’arrêt de la saison, le Conseil d’Etat a souligné que "contrairement à ce qui est soutenu, l'allégation selon laquelle ce choix aurait été motivé par la volonté de pénaliser le club de l'Olympique lyonnais n'est pas établie". Mais l'OL ne compte donc pas en rester là.

En plus de demander des indemnités à la LFP, le club pourrait tenter sa chance via la justice sportive, avec notamment le Tribunal arbitral du sport ou le Comité national olympique et sportif français (CNOSF).

RR