RMC Sport

Ligue 1: Dijon a déposé plainte, pas Gouano après les cris racistes

Olivier Delcourt, président de Dijon, a confié que le club avait déposé plainte après les cris racistes émis par un supporter contre Prince Gouano, ce vendredi lors du match face à Amiens. Le joueur, en revanche, n'a pas encore engagé de poursuites.

Les réactions sont unanimes pour condamner les cris racistes émis par un supporter de Dijon, ce vendredi lors du match face à Amiens (0-0), pour le compte de la 32e journée de Ligue 1. Prince Gouano, défenseur amiénois, s’est plaint d’avoir entendu des cris racistes pendant la rencontre, qui a été interrompue pendant sept minutes. Le joueur a identifié l’auteur présumé des faits qui a été interpellé. A l’issue de la rencontre, Olivier Delcourt, président du DFCO, a condamné ces agissements et annoncé qu’il avait porté plainte, à l’inverse du joueur pour le moment. 

Delcourt: "Le racisme c’est inadmissible, c’est interdit"

"Je n’appelle pas ça un supporter, on n'a pas à tenir des propos comme ça dans un stade ou nulle part ailleurs, a regretté le dirigeant. Le racisme c’est inadmissible, c’est interdit. Le DFCO a déposé plainte. On souhaitait que le joueur aussi dépose plainte parce qu’il a identifié la personne mais il ne souhaite pas déposer plainte."

"Avec beaucoup de recul, je ne pense pas le faire, a expliqué Gouano sur Canal+. Pourquoi? Pas parce que j’ai peur. Je ne suis pas là pour faire de grands discours, je ne suis pas un homme politique. La meilleure des façons, c’est le pardon pour qu’il puisse vraiment apprendre. Avec les valeurs que j’ai, je ne pense pas porter plainte."

Bernard Joannin, président d’Amiens, a évoqué la réaction très classe de son joueur qui a préféré ne pas accabler le supporter fautif. "Prince est un catholique, pratiquant, a indiqué le dirigeant. Pour lui, dans la religion le pardon est important. Sur le coup, il a été anéanti et je suis d’accord avec Olivier (Delcourt, ndlr), il faut que nous les clubs, la ligue, on ait des positions fermes pour que ces choses-là s’arrêtent."

Kombouaré "enrage"

Antoine Kombouaré, entraîneur de Dijon, a également fait part de son dégoût et révèle ce que les équipes avaient convenu s’ils se répétaient. "La connerie humaine ça m’enrage, a déclaré le technicien. L’idiot a été arrêté. Ce qu’on a avait convenu avec l’arbitre, c’est que si ça se répétait, le match était arrêté avec les conséquences que ça aurait pu avoir. C’est très grave, ça ne doit pas exister. On l’a vu, le joueur a été pénalisé, il n’était plus dans son match."

Nicolas Couet avec Lucien Denis