RMC Sport

Ligue 1 : L’équipe-type de la 35e journée

-

- - -

Après chaque journée de Ligue 1, retrouvez le onze-type de la rédaction RMC Sport. Cette semaine, mention spéciale aux Monégasques, qui placent trois joueurs dans l’équipe, mais aussi aux Lyonnais et aux Stéphanois.

Benoît Costil (Rennes)

Avec une prestation indigente contre Lorient (1-1), Rennes n’a pas préparé de la meilleure façon son duel 100% breton contre Guingamp, samedi prochain en finale de la Coupe de France. Un nul heureux pour lequel les joueurs de Philippe Montanier peuvent remercier Costil, très efficace pour stopper les tentatives des Merlus. En cas de séance de tirs au but au Stade de France, un gardien en grande forme, ça peut toujours servir.

Jonathan Martins Pereira (Guingamp)

Son nom ne parlera pas beaucoup à ceux qui ne sont pas fans de l’En Avant Guingamp. Mais le latéral franco-portugais, titularisé à 21 reprises cette saison, a pris l’habitude de réaliser des prestations solides sur son flanc droit. Valenciennes a pu s’en apercevoir avec un Melikson bien empêché de s’exprimer et quelques précieux coups de main offensifs dans son couloir.

Romain Genevois (Nice)

En manque de repères et d’automatismes dans la première moitié de saison, la charnière centrale niçoise semble un peu plus sereine ces derniers temps. Une progression en partie imputable à Romain Genevois, qui a su profiter de l’absence sur blessure de Pejcinovic pour prendre confiance et s’affirmer. Efficace dans ses interventions et dans l’anticipation, souverain dans les duels, à l’aise à la relance, Genevois a montré toute l’étendue de sa panoplie de défenseur moderne. Le Franco-Haïtien a même failli inscrire son premier but en L1 contre Reims (1-0).

Loïc Perrin (Saint-Etienne)

Si les Verts se rapprochent peu à peu d’une qualification européenne, ils le doivent en partie à Loïc Perrin. Solide, serein, le défenseur central réalise une saison pleine. Sur la pelouse d’Evian-TG (1-2), le Français a même signé le but du break avant de permettre à son équipe de résister au retour des Hauts-Savoyards suite à leur réduction du score. Toujours aussi précieux.

Henri Bedimo (Lyon)

Il n’est pas le Lyonnais dont on parle le plus. Mais Henri Bedimo représente une valeur sûre de l’arrière-garde rhodanienne. Un latéral gauche qui tient bien son couloir sans oublier d’apporter son écot lors des phases offensives. La preuve contre Bastia (4-1), où le Camerounais a délivré une passe décisive à Gomis, sa huitième de la saison, ce qui fait de lui le cinquième au classement de la spécialité (et le premier défenseur).

Geoffrey Kondogbia (Monaco)

Son arrivée tardive cet été, après un titre mondial des moins de 20 ans et contre 20 millions d’euros, l’avait privé de préparation physique. Résultat, le garçon a mis du temps à rentrer dans sa saison. Souvent trop emprunté, Kondogbia n’avait pas la confiance de son entraîneur Claudio Ranieri. Il l’a reconquise au fil de ses apparitions en matches et lors des entraînements. Désormais, on a retrouvé celui qui brillait à Séville. Avec cette puissance qui en fait un complément idéal de Toulalan et Moutinho dans l’entrejeu, l’international tricolore – une sélection en août dernier – a fait très mal à Ajaccio (victoire 4-1). Cerise sur le gâteau, il y a ajouté son premier but en Ligue 1.

Sébastien Corchia (Sochaux)

Cet hiver, il a vécu l’épisode d’un transfert avorté à Lille et d’un retour à Sochaux. Depuis, Hervé Renard, débarqué dans le Doubs en octobre dernier, a décidé de l’avancer d’un cran pour passer de latéral à milieu droit. Très bonne idée. Actif sur son aile, précieux dans ses débordements, Corchia a bien embêté la défense du PSG (1-1). Si l’égalisation sochalienne n’est pas venue de son côté, le danger est très souvent passé par lui.

Max-Alain Gradel (Saint-Etienne)

Ses percussions et ses permutations avec Hamouma ont mis en souffrance la défense d’Evian-TG. Titularisé pour la sixième fois cette saison en championnat, Max-Alain Gradel a profité de cette place dans le onze de Christophe Galtier pour briller avec deux passes décisives, dans le jeu et sur coup franc. S’il a baissé de rythme en seconde période, l’Ivoirien aux quatre buts en quinze apparitions en L1 cette saison a prouvé qu’il était peut-être plus qu’une doublure.

James Rodriguez (Monaco)

Parfois, son jeu pointe aux abonnés absents. Mais le reste du temps, il illumine le pré de sa technique magique. Le match à Ajaccio a bien résumé les deux visages du Colombien : le premier pour la première période, le second pour la seconde. Actif, juste, James Rodriguez a livré 45 dernières minutes de très haut vol. Une performance magnifiée par sa passe décisive pour Kondogbia. 

Nabil Fekir (Lyon)

On le dit à l’écoute et très investi à l’entraînement. Une attitude qui a fini par payer sur la pelouse. Titularisé pour la cinquième fois de la saison en L1 (9 apparitions en tout) contre Bastia (4-1), ce milieu de terrain offensif à la belle technique en a profité pour inscrire son premier but en championnat – fêté par un… carton jaune pour avoir enlevé son maillot – et donner deux passes décisives. Efficace et spectaculaire. Un poison sans antidote pour les Corses ce dimanche.

Dimitar Berbatov (Monaco)

Il donne souvent l’impression de marcher. Elle est bien réelle. Mais quel talent cuir au pied ! Élégance, technique, le Bulgare régale toujours à 33 ans. Nouvelle preuve à Ajaccio où, facile, il a signé un doublé et une passe décisive. Auteur de 8 buts en 13 apparitions toutes compétitions confondues avec l’ASM, Berbatov sera libre cet été. Quelque chose nous dit que Monaco ne ferait pas une mauvaise affaire en le gardant sur le Rocher…

A lire aussi :

>> Le PSG manque une balle de match à Sochaux

>> Ce qu'il faut retenir de la 35e journée

>> L'actu de la Ligue 1

La rédaction