RMC Sport

Ligue 1 : les rachats de clubs qui ont échoué

Jack Kachkar

Jack Kachkar - AFP

Moins de deux semaines après l’avoir annoncée officiellement, l’OGC Nice a finalement décidé d’annuler la vente du club à Edward Blackmore et un prince Saoudien. Un rachat qui capote au dernier moment, ce n’est pas une première dans le football français ces dernières années…

Marseille (Jack Kachkar, 2007)

Avec les joueurs sur la pelouse, son nom scandé par tout le Vélodrome, Jack Kachkar avait déjà enfilé le costume de nouveau propriétaire de l’OM, qu’il a racheté pour 115 millions d’euros en 2007. Enfin presque, puisque Robert Louis-Dreyfus ne verra jamais l’argent du Canadien et annulera finalement la transaction. En 2011, Kachkar sera même condamné à payer 500 000 euros de dommages et intérêts à Margarita Louis-Dreyfus.

Strasbourg (Thomas Fritz, 2011)

Placé en redressement judiciaire et retombé en CFA2 à l’issue de la saison 2010-2011, Strasbourg est alors en plein marasme. Les potentiels repreneurs du club se succèdent, dont un pour le moins farfelu nommé Thomas Fritz. Cet ingénieur informatique de 32 ans est proche de racheter le Racing pour un euro symbolique, en promettant notamment à Jafar Hilali, le président de l’époque, la somme de 20 millions d’euros « en cas de victoire en Ligue des champions ». Fritz ne prendra jamais le contrôle du club alsacien, finalement bien racheté pour un euro symbolique, en juin 2012, par un groupe d’investisseurs menés par Marc Keller.

Le Havre (Christophe Maillol, 2015)

Le feuilleton du rachat du Havre a tenu en haleine le football français de l’été 2014 à janvier 2015. Après avoir tenté sa chance à Nantes, Grenoble et Nîmes, Christophe Maillol semble proche de devenir propriétaire du Havre, grâce notamment à l’aide d’Eric Besson. Mais les 17 millions d’euros promis n’arriveront jamais et Jean-Pierre Louvel, le président du HAC, met fin à la farce. Le vrai-faux repreneur havrais aura tout de même réussi un coup : faire venir Adriano, qu’il avait convaincu de signer, pour donner le coup d’envoi d’un match au Stade Océane.

Nice (Edward Blackmore et un prince saoudien, 2016)

Le 29 janvier, l’OGC Nice organise une conférence de presse pour annoncer le rachat du club par l’Anglais Edward Blackmore et un prince saoudien. Mais l’affaire est officiellement annulée moins de deux semaines plus tard, car les repreneurs ne présentent pas les garanties prévues lors de la conclusion de l’accord. « Malheureusement, les sécurités que nous attendions sur ces investissements ne sont pas là, donc j’ai considéré qu’il fallait arrêter le deal », a expliqué Jean-Pierre Rivère, le président niçois, à RMC Sport.

AA