RMC Sport

Lille-Bordeaux : Europe, vous avez dit Europe ?...

Dimitri Payet

Dimitri Payet - -

Encore en course pour arracher une qualification européenne, Lille et Bordeaux, qui s’affrontent ce dimanche (21h), préfèrent ne pas se projeter outre-mesure. Pour des raisons diamétralement opposées.

Bordeaux à l’arrêt. Lille en pleine bourre. Si deux petites unités séparent les deux équipes au classement, il s’agit bien d’un choc des extrêmes, à en juger par leur dynamique actuelle. Sur les trois dernières journées de Ligue 1, le LOSC a pris neuf points. Les Girondins… zéro. Le calcul est vite fait : les hommes de Gillot ne seront pas favoris au Grand Stade, face à ces Lillois qui filent à un train d’enfer vers un classement plus en accord avec leurs ambitions. De fait, même si la rencontre aurait pu avoir un léger parfum d’Europe, côté bordelais, ce n’est vraiment pas la première des préoccupations.

« Aujourd’hui, on marche sur des œufs, assure Cédric Carrasso. Il faut arrêter de se projeter. Pour l’instant, on ne peut pas voir plus loin. On va essayer de retrouver un visage bordelais intéressant. Et je dirais presque que le résultat passe au second plan. Parce qu’il faudra qu’on retrouve une identité, quelque chose, pour bien finir. C’est d’abord l’état d’esprit que l’on va montrer qui compte. Se rassurer, c’est le plus important ». Un discours qui ne dépareillerait pas dans la bouche d’une équipe relégable, révélateur de la mauvais passe de cette équipe à l’effectif trop limité pour jouer sur tous les tableaux comme il se doit (Bordeaux est en quart de finale de Coupe de France, et en huitième de finale de Ligue Europa).

Garcia : « Continuer sur notre dynamique »

C’est donc une bête blessée que s’apprêtent à affronter des Lillois de plus en plus sûrs de leur fait, mais sur leur garde malgré tout. « Il faut faire attention, le piège serait de se dire qu’on va les bouffer », estime Aurélien Chedjou, promu capitaine en l’absence de Rio Mavuba. Quant à une possible qualification européenne, rendue possible par leur métamorphose du mois de février, Rudi Garcia préfère ne pas en parler directement, même si l’idée fait très clairement son chemin. 

« On a très envie de continuer sur notre dynamique en championnat, se contente d’affirmer l’entraîneur, déterminé à profiter de la réception de Bordeaux pour aller chercher un quatrième succès de rang. On ne va pas regarder ce qui se passe au classement, on a su faire de bonnes, voire de très bonnes performances. A nous de reproduire ça. Si on y arrive, il n’y a pas de raison qu’on ne gagne pas de nouveau des matches. Et si on continue à en gagner, on se rapprochera logiquement et automatiquement des équipes qui sont devant nous ». Et donc des places européennes. CQFD.

A.T., avec J.B. et O.S.