RMC Sport

Lille étrenne son Grand Stade

Le Grand Stade de Lille

Le Grand Stade de Lille - -

Avant une inauguration officielle prévue en fin d’année, Lille prend possession de son Grand Stade ce vendredi face à Nancy (20h45). Si tout n’est pas encore terminé, le LOSC possède d’ores et déjà une des plus belles enceintes d’Europe.

Trois kilomètres et demi. Un grain de sable à l’échelle de la Terre, mais un bond de géant pour le LOSC. Et même un sacré voyage dans le temps. Car si la distance entre le Stadium Nord de Villeneuve d’Ascq et le Grand Stade est courte, le changement risque d’être brutal pour les joueurs et les spectateurs. Terminées les tribunes ouvertes aux quatre vents et la piste d’athlétisme autour du terrain. Place désormais à une enceinte ultra-moderne de 50 000 places et tout confort. De quoi séduire les supporters du club nordiste, qui ont pris d’assaut la billetterie et rempliront donc toutes les travées ce vendredi pour la réception de Nancy (20h45).

« C’est quelque chose d’énorme, confie, impressionné, Benoît Pedretti. Ça nous change déjà de Villeneuve d’Ascq. C’est un super outil. La pelouse est très belle. Je pense que les gens seront agréablement surpris et prendront plaisir à venir ici. » Avec un peu plus de 30 000 abonnements vendus, contre seulement 14 000 la saison dernière, l’engouement populaire est déjà réel. Un chiffre d’autant plus impressionnant que le LOSC doit faire face à la concurrence du voisin lensois dans la région. « Ça tord le cou aux idées reçues et à ceux qui disaient que la jauge était trop grande et qu’on n’aurait pas suffisamment de supporters pour cette enceinte », se félicite Rudi Garcia.

Entamés fin 2009, les travaux ne sont pas encore totalement terminés mais laissent déjà entrevoir l’énorme potentiel de cette enceinte, qui aura coûté 280 millions d’euros (sans compter les travaux d’accès). Avec cinq étoiles au classement UEFA, grâce notamment à son toit rétractable, le Grand Stade, qui succombera sans doute à la mode du naming dans quelque temps, peut rêver d’accueillir une finale d’Europa League. « J’ai joué à l’Arena d’Amsterdam et c’est le même type de stade », compare Benoît Pedretti.

20 à 25 millions d’euros de recettes par an

Le 17 novembre prochain, c’est le XV de France qui viendra humer l’atmosphère du lieu lors d’un test-match face à l’Argentine. Rencontres de Coupe Davis ou All-Star Game de basket sont même espérés dans le Nord. Avec 7000 places labélisées VIP, le club champion de France en 2011 table sur une rentrée d’argent de 20 à 25 millions d’euros par an. La « boîte à spectacles », d’une capacité de 30 000 places, soit quasiment le double du Palais Omnisports de Paris-Bercy, permettra également de recevoir bon nombre de concerts grâce à une pelouse superposable.

Mais en attendant de s’asseoir dans les tribunes pour venir applaudir Jo-Wilfried Tsonga ou Johnny Hallyday, Rudi Garcia a surtout hâte de voir ses joueurs prendre possession de leur nouveau terrain de jeu et écrire les premières pages de l’histoire de ce Grand Stade. « J’ai hâte de le voir tout rouge, rempli de supporters du LOSC », lance, impatient, l’entraîneur nordiste. Dans quelques heures, il sera comblé.

Alexandre Alain avec Jean Bommel