RMC Sport

Lille : les Dogues ne mordent plus

Marvin Martin

Marvin Martin - -

Comme contre Nancy (1-1), les Lillois ont péché dans l’animation offensive face à Copenhague mardi (0-1). A Nice, ce samedi après-midi (17h), le LOSC essaiera de montrer que le départ d’Eden Hazard n’a pas créé un mal trop profond.

« Si nous avions été efficaces et réalistes offensivement, nous aurions pu mener 2-0 au bout de 17 minutes et nous parlerions d’un autre résultat. » Le constat de Rudi Garcia, d’une logique enfantine, raisonne également d’une cruelle vérité. Lors du barrage aller de la Ligue des champions contre Copenhague, le LOSC a joué – plutôt bien même – durant une petite vingtaine de minutes avant de s’éteindre complétement. Déchet technique, manque de cohésion et de précision dans les trente derniers mètres… Les Lillois ont affiché face aux Danois tous les symptômes d’une équipe en détresse offensive.

Et les Nordistes avaient eu les mêmes difficultés dans l’animation pour leur première dans le Grand Stade Lille Métropole contre Nancy (1-1). Une analyse inquiétante pour une équipe jusqu’alors séduisante sur le plan du jeu, que Rudi Garcia reconnait volontiers : « Il y a encore du travail dans le domaine offensif pour se comprendre les uns les autres. Il y a des matchs où on n’est pas en réussite et où on manque un peu d’adresse. » Le face à face manqué par Salomon Kalou à 0-0 contre Copenhague en est la parfaite illustration.

Il est encore trop tôt pour tirer des bilans alors que Lille n’a disputé que trois matchs officiels cette saison. Néanmoins, on peut d’ores et déjà s’interroger sur la puissance offensive lilloise, qui a perdu trois éléments majeurs en l’espace d’un an. Malgré le recrutement de joueurs de qualité comme Marvin Martin ou Salomon Kalou, on ne remplace pas Moussa Sow, Gervinho et Eden Hazard aussi facilement. « Eden, il n’y en a qu’un, comme il n’y a qu’un Gervais et un Moussa. Il faut faire le deuil ! Nous, on l’a fait » assure pourtant le latéral Franck Béria.

Des départs difficiles à digérer

Le coach des Dogues est quant à lui sûr du potentiel de son groupe et réclame juste un peu de temps pour que la mayonnaise prenne. « Sur le niveau des joueurs, il n’y a aucun problème. C’est sur la complémentarité de l’équipe que nous devons progresser, confirme le coach lillois. Nous devons mettre plus de folie dans notre jeu et avoir plus de prises de risques. Il faut aussi que les joueurs prennent leurs responsabilités dans la finition. »

L’attaquant ivoirien Salomon Kalou, arrivé cet été de Chelsea, est appelé à devenir le leader d’une attaque. Marvin Martin, Dimitri Payet et Tulio De Melo doivent également s’affirmer. De ces quatre joueurs dépendra grandement l’avenir européen du LOSC, qui devra absolument faire trembler les filets de Copenhague mercredi prochain s’il veut disputer la coupe aux « grandes oreilles ». La rencontre de Ligue 1 cet après-midi à Nice (17h) – également en panne offensive avec zéro but en deux matchs – pourrait permettre aux partenaires de Rio Mavuba de relancer la machine. Le temps presse déjà.

Anthony Tallieu avec Jean Bommel