RMC Sport

Lille: mercato, budget, ambitions... Le président Lopez défend son modèle

Invité de l'After ce mardi sur RMC, Gérard Lopez a défendu le modèle économique qu'il met en place au Losc. Le président estime notamment que le trading de joueurs est le seul moyen permettant à un club comme Lille de se développer significativement.

"Pour qu'un club de football marche, il faut que le foot marche". Gérard Lopez l'assure: cette analyse est à la base de son projet avec le Losc. À l'occasion d'une interview dans l'After sur RMC, mardi soir, le président de 48 ans a expliqué le projet qu'il mène depuis plus de trois ans et s'est défendu de n'être intéressé que par les questions financières.

"Il n'y a que deux façons de faire, a-t-il soutenu. Soit vous avez un pactole de milliardaire prêt à être brûlé dans le foot, soit vous montez un modèle économique avec un cercle vertueux. (...) Il est impossible de vivre des droits TV et des recettes. J'ai eu l'honnêteté intellectuelle de dire qu'il faut compenser avec des ventes de joueurs. Mais plus les performances s'améliorent, moins le club devra vendre de joueurs".

Pas de mercato au "coup par coup"

Gérard Lopez a cependant assuré que de bons résultats sportifs étaient indispensables à la croissance du Losc. Il en veut pour preuve ses relations avec les entraîneurs. "Un club de football n'a qu'un produit, c'est le football. (...) Je n'ai pas passé du temps sur la billetterie. On a des équipes pour ça. Moi, j'ai passé énormément de temps avec le coach, mais aussi avec le coach d'avant", a-t-il expliqué, en référence à Christophe Galtier et Marcelo Bielsa.

L'homme d'affaires en a alors profité pour expliquer sa politique de recrutement établie avec son directeur sportif Luis Campos: "On sait qu'on ne peut pas retenir onze titulaires plus quatre joueurs tous les ans. À partir de là, il faut qu'on ait un modèle de jeu, une culture de jeu et qu'on se dise comment on veut jouer. Il est alors beaucoup plus simple de remplacer un joueur. Quand vous ne savez pas si vous allez jouer en 4-4-2, en 4-2-3-1, en pression haute ou avec un bloc bas, il est impossible de savoir les joueurs que vous allez acheter. Vous allez faire le mercato que font beaucoup de clubs, c'est-à-dire au coup par coup avec des agents. Lorsque vous savez que votre ailier droit doit participer au travail défensif, vous n'allez jamais voir un joueur de petit gabarit incapable de bloquer un défenseur latéral qui monte. Jamais de la vie".

En outre, Gérard Lopez a tenu à souligner qu'il détient bien le club à 100%. "Depuis l'été dernier, le club investit sur le mercato sur ses fonds propres", a-t-il affirmé, expliquant qu'un fonds d'investissement avait simplement servi après son arrivée pour aider à la réalisation des premiers transferts.

Julien Absalon