RMC Sport

Lille, un vrai prétendant

Nolan Roux

Nolan Roux - -

Le Losc s’est emparé de la deuxième place du championnat après son succès face à Monaco (2-0), ce dimanche. Solides et réalises, les Nordistes infligent à l’ASM sa première défaite de la saison en L1 et se placent comme des outsiders sérieux.

Il faudra bien compter avec Lille cette saison au sommet de la Ligue 1. En s’imposant face à Monaco (2-0), ce dimanche, le Losc est devenu le premier poursuivant direct du PSG en prenant la deuxième place du classement, à deux points du leader. Alors que l’on attendait une période de transition après un mercato agité (départs de Garcia, Payet, Digne, fausse arrivée de Thauvin), les troupes de René Girard viennent d’enchainer un septième match sans défaite et une quatrième victoire de rang en championnat. Ils ont surtout infligé sa première défaite de la saison en L1 à l’ASM, l’autre grand favori pour le titre. Fidèles à leur principe de jeu, les Nordistes ont imposé un pressing de tous les instants au milieu de terrain, en comptant sur une défense infranchissable.

Cela fait désormais sept matches et 675 minutes que Vincent Enyeama n’a plus encaissé le moindre but en championnat. Le gardien nigérian a encore été l’un des grands acteurs de ce succès acquis dans un stade Pierre-Mauroy bouillant et au sec puisqu’il était fermé en raison des fortes pluies sur la région lilloise. Solide en début de match face à Moutinho (6e), il a ensuite remporté ses duels devant Emmanuel Rivière (57e) et Radamel Falcao (71e), alors que Lille ne menait que 1-0. Car les coéquipiers de René Girard avaient trouvé la faille en première période en profitant du grand point noir de l’ASM : les coups de pied arrêtés. Sur un corner, Marko Basa s’est élevé plus haut que Jérémy Toulalan pour placer une tête déviée par Nolan Roux dans le but monégasque (1-0, 27e). Le septième but (sur 10) concédé par Danijel Subasic à la suite d’un coup de pied arrêté.

Monaco s'essouffle

Etouffés dans le premier acte, les Monégasques ont affiché un tout autre visage après l’entrée d’Emmanuel Rivière et un passage en 4-4-2. Une retouche qui a donné un nouvel élan à l’ASM mais ni Enyeama, ni l’arbitre de la rencontre qui n’a pas sifflé un penalty pour une faute de Sidibé sur Kurzawa (54e), n’ont permis aux Rouge et Blanc de revenir. Pire, dans la continuité d’un arrêt d’Enyeama sur Falcao, Kalou, Mavuba et Roux, à la finition (2-0, 72e), ont puni sur un contre éclair les hommes de Claudio Ranieri. Enyeama les a carrément dégoûtés en réalisant un double arrêt sur Falcao et Rodriguez dans les arrêts de jeu (91e).

Quatre jours après son élimination en 16e de finale de la Coupe de la Ligue à Reims (1-0), le club de la Principauté confirme sa baisse de régime. Lille, à l’inverse, ne s’arrête plus et retrouve les cimes de la L1, qui rappelle une époque pas si lointaine où le club était champion de France (2011) et disputait la Ligue des champions. C’était celle d’Eden Hazard, présent à Villeneuve d’Ascq pour donner le coup d’envoi fictif de la rencontre. Un heureux présage ?

A lire aussi :

>>> Riolo : « C’est Lille le dauphin »

>>> Pourquoi Lille peut croire au podium

>>> Ce qu’il faut retenir de la 12e journée

NC