RMC Sport

Lisandro met les choses au point

Lisandro Lopez est revenu sur son rôle dans l'effectif lyonnais.

Lisandro Lopez est revenu sur son rôle dans l'effectif lyonnais. - -

Avec une seule déclaration en public depuis son arrivée à Lyon cet été, Lisandro Lopez s’était montré relativement muet. Mais aujourd’hui en conférence de presse, l’Argentin s’est exprimé. Enfin !

On savait l’Argentin peu causant. Aussi décisif sur le terrain que taciturne dans la vie, Lisandro Lopez n’a pas dérogé à sa réputation pour sa deuxième apparition de l’année en conférence de presse. Son mécontentement lors de son remplacement face à Lorient ? « Il s’agit de situations de jeu qui arrivent lorsque les choses ne se passent pas comme on l’avait prévu. Les pulsations montent, et il peut arriver que l’on puisse perdre le contrôle, ce qui pourrait être préjudiciable pour l’équipe. Mais je me sens tout à fait l’aise dans le groupe. »

« Il n’y a pas moi et l’équipe »

Les éliminations prématurées en Coupe de France et en Coupe de la Ligue ? « On vit un moment difficile, ce n’est pas ce dont on avait rêvé. Les coupes constituaient deux objectifs que l’on n’atteindra pas, mais il reste beaucoup de choses à faire. » Seule thématique à même de l’émouvoir, son rôle dans le groupe, lui qui est souvent considéré comme le sauveur de l’OL cette saison : « Je voudrais éclaircir quelque chose, glisse-t-il alors. Je fais partie de l’équipe. J’en fais partie, vous comprenez ? Il n’y a pas moi et l’équipe. » Aussi ferme qu’inattendue, cette déclaration constituera la seule excentricité du buteur argentin.

A moyen terme, Lisandro espère toujours être retenu dans la sélection argentine pour la Coupe du Monde – « cela dépendra en premier lieu de ma performance ». A plus court terme, les perspectives sont moins réjouissantes. Dès demain c’est le PSG, qui se présente sur la pelouse d’un stade de Gerland contrarié par les dernières performances de l’OL. « Le public a raison. Mais c’est à nous de changer cela en jouant mieux, pour gagner son affection. » Une affection qu’il obtient davantage sur le terrain qu’en conférence de presse...

La rédaction - C.Z.