RMC Sport

Lyon a grise mine

Michel Bastos

Michel Bastos - -

Au lendemain des déclarations fracassantes de Jean-Michel Aulas à l’encontre de certains joueurs de son équipe, les joueurs lyonnais ont préféré se taire. Rémi Garde, lui, ne s’est pas fait prier pour atténuer la saillie de son président.

Ne cherchez pas. Vendredi, pas une langue lyonnaise n’avait envie de se délier, aussi bien le matin que lors de l’entraînement prévu l’après-midi, au cours du stage d’avant-saison à Tignes. « Je ne répondrai pas à ce sujet, lâche aussitôt Clément Grenier. Il y a des personnes plus expérimentées que moi qui répondront à ces questions. » Le sujet en question, c’est la sortie fracassante la veille de Jean-Michel Aulas, qui a critiqué Michel Bastos, Cris, Aly Cissokho et Kim Källström, qu’il a taxé « de dinosaures » et qu’il souhaite voir prendre la porte de sortie.

Un discours aux répercussions immédiates puisque c’est tête basse et visage parfois grimaçant que Michel Bastos s’est entraîné, ne faisant que le strict minimum. Cris, l’un des autres « fossiles », a écourté son dernier tour le matin en raison d’une douleur au bas du dos. Avant de reprendre sans souci l’après-midi. Garde, également interrogé sur l’affaire Aulas, ne veut surtout pas polémiquer.

Gourcuff déjà affûté

« Je sais ce qu’il a voulu dire. Après, la manière de le dire lui appartient. Ce n’est pas moi, jeune entraîneur inexpérimenté, qui va apprendre à un président qui a 25 ans de présidence et avec le palmarès qu’il a, comment communiquer. Je n’ai pas à le juger. Il préside, moi j’entraîne et les joueurs jouent. »

Le technicien a reconnu que le groupe avait été impacté mais invite celui-ci « à prendre du recul » et « à distinguer le fond et la forme ». Des propos tenus à la lettre par Yoann Gourcuff, pourtant pas visé par la saillie présidentielle. Le meneur de jeu s’est en effet montré très appliqué et affûté lors du travail athlétique effectué ce vendredi autour du lac de Tignes. Pour mieux appâter d’éventuels acheteurs ?

A.D avec E.J