RMC Sport

Lyon n’a plus le choix

-

- - -

Le club rhodanien, actuellement 6e, doit absolument réaliser ce soir (21h) une performance face au PSG. Sous peine de voir l’Europe s’éloigner dangereusement. Une perspective inquiétante pour un club en difficulté financière.

L’OL a quasiment fait une croix sur le titre. A moins d’un petit miracle, Lyon ne devrait pas renouer avec le sommet de la Ligue 1 en mai prochain. Quatre ans après son dernier sacre, le club rhodanien, qui compte 12 points de retard sur le PSG et 11 sur Montpellier, se concentre désormais sur l’essentiel : accrocher une place en Ligue des champions. Un défi compliqué pour une équipe redescendue à la 6e place du classement. La lutte avec Lille, Saint-Etienne, Marseille et Rennes s’annonce particulièrement coriace. Après trois matchs consécutifs sans victoire (2 défaites, 1 nul), les joueurs de Rémi Garde semblent accuser le coup à l’heure d’aborder le sprint final. « On est dans le dur, reconnait Maxime Gonalons. La situation n’est pas facile. On a pris beaucoup de retard et on sait que le podium est primordial pour le club. On va se bouger parce qu’on doit faire beaucoup mieux. Quand l’état d’esprit n’est pas présent, c’est difficile de gagner des matchs. Il faut qu’on retrouve ça. On n’a pas le droit de lâcher. »
Une non-qualification en C1 aurait des conséquences dramatiques pour un club aux finances affaiblies. Pour éviter la crise, l’OL doit impérativement se reprendre. En commençant dès ce samedi par la réception du PSG, un club à la trajectoire diamétralement opposée. « Au départ, c’est principalement économique, estime Rémi Garde, l’entraîneur rhodanien. Mais il y aussi une différence de fond assez claire. Paris a toujours eu une politique de recrutement de stars. Lyon a souvent été un pionnier en matière de formation. C’est ce qui nous permet actuellement d’amortir une situation économique qui n’est plus la même. »

Coupet : « Une confrontation de styles »

Pour espérer contrer le leader du championnat, les partenaires de Lisandro Lopez savent qu’ils devront élever leur niveau. « Paris a fait un énorme recrutement avec des joueurs expérimentés, rappelle Gonalons. Aujourd’hui, ils ne produisent pas un jeu éblouissant mais ils gagnent leurs matchs. C’est ce qu’on demande dans le football. Il va falloir qu’on réponde présent face à cette équipe-là. Ça va être un gros match. »
Un affrontement entre deux écoles de pensée. « Il y aura une confrontation de styles, remarque Grégory Coupet, ancien portier des deux clubs. A la française avec Rémi Garde et à l’italienne avec Carlo Ancelotti. Sur le plan tactique, physique et individuel, ça va être une rencontre très intéressante à suivre. » A l’heure où plusieurs rumeurs envoient Kim Källström au Rubin Kazan (Russie), l’OL avance presque sans filet. Une défaite face aux coéquipiers de Nenê compromettrait toute perspective européenne. La soirée s’annonce tendue samedi à Gerland.

Alexandre Jaquin avec G.M. et S.O.