RMC Sport

Monaco: Caio Henrique détaille le point commun entre Kovac et Simeone

Arrivé cet été sur le Rocher en provenance de Grêmio (D1 brésilienne), l’arrière gauche monégasque, Caio Henrique, a connu sa première expérience européenne à l’Atletico de Madrid de Diego Simeone. Mercredi, en conférence de presse, le Brésilien a expliqué les différences et les similitudes entre son ex-entraîneur et Niko Kovac, qu’il côtoie depuis plus de quatre mois.

La première expérience de Caio Henrique sur le Vieux Continent n’a pas été couronnée de succès. Formé à Santos, il est repéré par l’Atletico de Madrid et débarque dans la capitale espagnole en février 2016. Régulièrement utilisé comme milieu de terrain axial, il ne parvient pas à s’imposer chez les Colchoneros, trop jeune explique-t-il avec du recul. "Je manquais de maturité, je n’avais que 18 ans et je n’avais encore jamais joué en professionnel. Il y avait aussi un problème d’adaptation car j’arrivais tout juste en Europe, je découvrais le foot européen qui est complètement différent de celui qui est pratiqué au Brésil. A Monaco, je m’acclimate mieux car j’ai déjà cette expérience espagnole." Hors des plans de Diego Simeone, Caio Henrique enchaîne les prêts au Brésil pendant trois ans (Parana, Fluminense, Grêmio) et se révèle au poste d’arrière gauche au point d’attirer les regards du club de la Principauté. 

"Une vision du football complètement différente du football"

A défaut d’avoir pu jouer sous les ordres de l’entraîneur argentin de l’Atlético (seulement un match de Copa del Rey disputé avec l’équipe A), le natif de Santos, aujourd’hui âgé de 23 ans, a participé à de nombreuses séances d’entraînements gérées par celui que l’on surnomme "El Cholo". Suffisamment pour pouvoir le comparer avec son actuel entraîneur, le Croate Niko Kovac. "Je crois que chaque entraîneur a son style et comme tout le monde peut le voir, celui de ‘Cholo’ Simeone était plutôt défensif. A Monaco, avec Niko Kovac, on essaie toujours de jouer plus. Ils ont une vision complètement différente du football et la plus grande différence entre les deux, c’est ça. L’un défensif, l’autre qui est plus porté vers l’avant."

La récupération haute, véritable point commun

Toutefois, l’arrière gauche a pu repérer un point commun entre les deux tacticiens. "Il y a une chose qui m’a vraiment surpris, ce sont les consignes à la perte du ballon", détaille Caio Henrique. "A l’Atlético, on devait récupérer le ballon le plus haut possible et ici, Niko Kovac essaie de faire la même chose. Il nous dit que si on le récupère plus haut on sera plus proche de la cage adverse, comme nous le disait Simeone. C’est quelque chose qui me frappe lors des entraînements car j’avais vraiment l’habitude de le mettre en place à l’Atlético." Une opposition de style et des similitudes qui pourraient être confrontées si Kovac et Simeone venaient à se rencontrer. Pour cela, il faudrait accrocher l’Europe, objectif affiché du club princier aujourd’hui 4e de Ligue 1. 

Clément Brossard à Monaco