RMC Sport

Monaco en perte de vitesse

Falcao

Falcao - -

Une semaine après sa défaite à Lille (2-0), Monaco a été tenu en échec ce vendredi par Evian-Thonon-Gaillard (1-1). L’ASM pourrait voir Lille et le PSG, surtout, prendre un peu plus leurs aises en haut du classement de Ligue 1.

Monaco n’est pas tout à fait guéri. La claque reçue à Lille dimanche dernier (2-0), après celle à Reims quelques jours plus tôt en Coupe de la Ligue (1-0), était encore visible sur certaines joues princières vendredi soir et le nul concédé en ouverture de la 13e journée face à Evian-Thonon-Gaillard (1-1) ne la fera pas disparaître de sitôt. Alors que la trêve internationale composera, comme pour les 19 autres équipes de L1, le quotidien du club du Rocher pour la quinzaine de jours à venir, l’ASM pourrait voir Lille, son bourreau du week-end dernier, et le PSG, en principe son rival pour le titre, prendre un peu leurs distances dans les prochaines heures.

La preuve que Monaco n’a pas encore retrouvé tous ses esprits ? Depuis la 3e journée et la venue de Toulouse (23 août), la bande à Claudio Ranieri n’avait plus partagé le moindre point à domicile, faisant de son stade Louis-II l’outil indispensable à ses rêves de souveraineté parmi l’élite. Oui mais voilà, depuis ce revers dans le Nord, Monaco s’interroge. Sérieusement. Sur ses problèmes défensifs sur coups de pied arrêtés et l’éventualité de recruter un défenseur supplémentaire. Mais aussi sur l’essoufflement manifeste de ses joueurs ces dernières semaines. Wass n’a pas eu besoin de sauter, pourtant, pour profiter de la déviation aérienne de Sougou et d’un ballon mal apprécié par l’arrière-garde princière pour tromper Subasic (20e).

La barre pour Ocampos, la feuille pour Sougou

Falcao, bien servi par James Rodriguez, ne mettra que six minutes pour remettre son équipe dans le bain (26e). Avant de l’emporter ? Cela aurait été possible si l’ASM avait eu le coup de rein nécessaire, le bon geste voire le bon contrôle ou le réalisme attendu dans la surface. Mais quand Hansen n’a pas capté les deux tentatives de Toulalan (59e, 72e), ou vu une tête de Rivière (76) filer hors de son cadre, c’est sa transversale qui a repoussé une frappe d’Ocampos (86e). Monaco peut-il avoir des regrets ? Celui, certainement, d’avoir manqué de lucidité dans le dernier quart d’heure. Mais l’ASM peut aussi remercier son portier, Subasic. Et surtout l’ancien Marseillais Modou Sougou, qui aura eu la balle de match à maintes reprises au bout du pied.

L’intéressé a tout simplement « mangé la feuille » en perdant son face-à-face avec Subasic (65e), avant de voir son tir repoussé par un magnifique réflexe du portier croate (81e). Décrié en début de saison, en concurrence avec l’Argentin Sergio Romero – en attendant certainement l’arrivée lors du prochain exercice d’un portier de plus grande envergure – le Croate a ramené un point précieux aux siens. Pas suffisant pour effacer pour la défaite lilloise. Ni pour apporter un certain dynamisme à un groupe privé de succès depuis trois matches, toutes compétitions confondues. Mais un point soulageant, sûrement, pour un groupe qui tirait la langue au coup de sifflet final. La trêve sera la bienvenue… à condition que Lille et Paris ne s’échappent pas trop.

A lire aussi

>> Thauvin, l'éclaircie automnale de l'OM

>> La suspension de Zouma est-elle trop lourde ?

>> Blanc : « Anderlecht, un match à oublier… »

A.D