RMC Sport

Montpellier, la semaine de tous les dangers

-

- - -

Le champion en titre se déplace ce soir chez le promu rémois (20h45). Un match piège avant de recevoir Arsenal quatre jours plus tard à la Mosson en Ligue des champions, et d’enchainer face à Saint-Etienne, vendredi prochain.

La Champagne avant le match de gala. Alors que toutes les têtes des supporters montpelliérains sont tournées vers le 18 septembre et la réception des Gunners d’Arsenal en Ligue des champions, le MHSC de Loulou Nicollin se déplace ce soir au stade Auguste Delaune face au promu rémois. Si elle veut de nouveau goûter aux joies de l’Europe la saison prochaine, l’équipe de René Girard doit impérativement faire un résultat à Reims. Car au classement, même si seulement quatre journées ont été disputées, une place seulement sépare les deux adversaires d’un soir, qui pointent aux 13e et 14e places. Peu reluisant pour un champion sortant.

Au-delà de la nécessité de grappiller trois points, d’autres dangers guettent les Héraultais : trois matches en une semaine. Or, entre le déplacement de ce soir et la venue de Saint-Etienne (vendredi 21 septembre), Montpellier va recevoir le nouveau club d’Olivier Giroud en milieu de semaine. D’où le risque évident d’avoir déjà la tête ailleurs et à la « coupe aux grandes oreilles ». « Je le répète, la priorité, c’est Reims, insiste René Girard. Il n’y a pas de calcul. Il y a un match à disputer avec toute l’énergie et toute la rigueur que cela impose. A moi de trouver les bons mots pour que les garçons ne se propulsent pas trop loin ».

De Reims à Arsenal, un autre monde

Même son de cloche pour le milieu de terrain Joël Saihi : « Il ne faut penser qu’à Reims. Arsenal on aura le temps d’y penser et on pourra les voir jouer samedi (face à Southampton, ndlr). La priorité c’est le championnat. Si on pense à la blessure, on a tout faux et on ne fera pas un grand match. Il faut se donner à fond comme à chaque match. C’est humain de penser à la prochaine rencontre car on passera de Reims à Arsenal. C’est un autre monde. »

Les deux hommes s’accordent à dire que cette bataille de la Marne sera difficile, un match « du même tonneau » que celui de Sochaux, confesse Girard. Lui qui avait lancé la polémique sur l’équité du championnat pour les clubs disputant la Ligue des champions et le nombre de jours de repos entre les matches, aura tout de même un motif de satisfaction : il dispose de la totalité de son groupe. Ce qui pourrait lui permettre de faire souffler Yanga-Mbiwa, auteur de deux matches pleins dans la charnière centrale de l’équipe de France, et de procéder à un turnover en prévision de cette semaine à trois rencontres. Un menu chargé.

Jean Rioufol