RMC Sport

Nice veut changer d’ère

Eric Roy

Eric Roy - -

Nouveau président, budget plus conséquent, recrutement audacieux : le club azuréen est bien décidé à franchir un cap cette saison dans l’élite.

17e de Ligue 1 l’an passé, passé tout près d’une descente à l’étage inférieur, un avenir finalement destiné à son voisin et rival monégasque, Nice a réussi un tour de force non négligeable lors de ce mercato : conserver ses meilleurs éléments. Mounier ? Toujours au club, de même que Digard, définitivement transféré de Middlesbrough, Civelli, Faé, Mouloungui et surtout Ospina, qui bénéficiait pourtant d’un bon de sortie. « Aucun club ne s’est manifesté, précise Jean-Pierre Rivère. Vu son talent, s’il avait disputé la Copa America, nous aurions certainement été sollicités. Là, le fait qu’il ne l’ait pas disputée explique peut-être pourquoi cela n’a pas amené plus que de clubs vers nous. » Une issue qui ne déplaît pas au nouveau président azuréen, bien décidé à faire progresser son équipe avant son entrée dans le Grand Stade, prévu pour juillet 2013.

Dans cette optique, l’intéressé n’a pas hésité à verser 12 millions d’euros pour devenir l’actionnaire majoritaire de l’OGC Nice et ainsi, permettre à son club de nourrir d’autres ambitions. Avec 33 millions d’euros de budget, Nice peut espérer mieux que le simple maintien. « Il faut prendre les étapes les unes après les autres, tempère Rivère. On va faire grandir ce club, qui le mérite. On va avoir un nouveau stade, de nouvelles infrastructures. Bien évidemment, sportivement, nous n’avons pas de prétention nous permettant de viser plus haut. Mais le plus important, c’est de dire aux Niçois de revenir au stade. » Pour voir du spectacle et une ambition retrouvée, à l’image du recrutement de Fabian Monzon, champion olympique avec l’Argentine en 2008 et Raul Fernandez, dernier rempart du Pérou. En attendant Giuly ? « Ça peut être une opportunité », a avoué Rivère. Affaire à suivre.

La phrase

Jean-Pierre Rivière (président de l’OGC Nice) : « On va essayer de réveiller toute cette passion qui dort un peu »

Le titre de l'encadré ici

|||

Meriem passe la 7e

Sochaux, Bordeaux, Marseille, Monaco, l’Aris Salonique, Arles-Avignon. Et maintenant, Nice. Camel Meriem, en débarquant chez les Aiglons, va enfiler le septième maillot de sa carrière depuis ses débuts en pro. Le grand espoir du football français, 32 ans en octobre prochain, sera là pour permettre aux Niçois de franchir un cap sur le plan offensif. « J’ai signé ici pour retrouver le plaisir, le goût de la victoire, ce qui n’avait pas été le cas la saison dernière et aider le club à connaître un maintien plus tranquille, en lui apportant une certaine touche technique », confie Meriem, conscient qu’Eric Roy attend de lui qu’il guide les siens sur et hors du terrain.