RMC Sport

OL - Lacazette: "J’espère que c’est le déclic"

Buteur pour la première fois dans le jeu cette saison ce samedi lors de la courte victoire de l’Olympique Lyonnais face à Reims (1-0), Alexandre Lacazette s’est dit libéré. En plein doute depuis le début de saison, l’attaquant lyonnais espère voir en ce but un déclic.

Alexandre, quel est votre sentiment après cette victoire ?

Il y a forcément du sourire. On a surtout les trois points, outre le fait que j’ai pu marquer mon premier but dans le jeu de la saison. Mais ce sont surtout les trois points qu’il faut retenir.

Est-ce un message envoyé à Didier Deschamps, qui ne vous a pas retenu en équipe de France ?

C’est le choix du sélectionneur. Je n’ai qu’à le respecter et surtout à travailler de mon côté pour être pris la prochaine fois mais je préfère parler de ce soir. On a fait une très bonne première mi-temps, une moins bonne en deuxième où on a un peu reculé. Mais l’essentiel, c’est les trois points ! (sourire)

A quoi avez-vous pensé en voyant votre penalty échouer sur la barre ?

J’ai le penalty, je le tire avec beaucoup d’envie. Elle part sur la barre, je ne peux pas la retoucher derrière. Je commence à cogiter, à me dire « ce n’est pas possible encore, qu’est-ce qu’il se passe ? ». Et finalement j’ai encore une occasion derrière, je la mets et c’est la délivrance. Je n’avais pas envie que ce soit comme le match de la Gantoise (il a raté un penalty en fin de match, ndlr) où toute l’équipe fait un bon match et c’est moi qui empêche l’équipe d’avoir les trois points. Ça fait du bien.

Entendre les virages chanter et vous soutenir, ça vous aide ?

Oui ça fait du bien, ça fait plaisir d’être suivi. Surtout qu’il y a eu des matches durant lesquels j’étais sifflé. Savoir qu’ils ont toujours été là, qu’ils m’ont toujours soutenu, ça fait plaisir.

Vous aviez les yeux embués…

Non, c’était la pluie (sourire).

Hubert Fournier disait que c’était vraiment important…

Oui c’est important. Ce sont des moments importants pour un attaquant. C’est mon rôle, c’est à moi de marquer. Et quand je marque je suis heureux, j’aide l’équipe. J’espère que ce sera de bon augure pour la suite. J’espère que c’est le déclic. En tout cas ça va me permettre de passer 15 jours libérés et de bien travailler avec les coéquipiers.

E.J à Lyon