RMC Sport

OL-Metz : huit choses à savoir sur Maxwell Cornet

Maxwell Cornet

Maxwell Cornet - AFP

Arrivé cet hiver à Lyon en provenance de Metz, où il n’a jamais joué cette saison, Maxwell Cornet va déjà faire son retour en Lorraine pour y défier son club formateur ce dimanche (14h). L’occasion de découvrir un peu mieux celui qui est présenté comme l’un des grands espoirs du football français.

Privé de « sortie » à Metz

A 18 ans, Maxwell Cornet est déjà entré en conflit avec un club. Il s’agit tout simplement de Metz, où il a été formé et fait toutes ses classes. La raison ? Celui qui est apparu régulièrement sous le maillot grenat en Ligue 2 la saison dernière (14 matches, 326 minutes de jeu) a refusé de prolonger un contrat qui arrive à échéance en juin prochain. Le FCM l’a puni en le privant totalement de temps de jeu en Ligue 1. Conséquence : c’est un véritable… lion en cage que l’OL a libéré en le recrutant – pour 4 ans et 200 000 euros - à six mois de la fin de son contrat. Ainsi qu’un sacré revanchard. « C’est un soulagement parce que rester 6 mois à l’écart pour un joueur, ce n’est pas marrant, a confié Cornet lors de sa présentation aux médias. De savoir que je vais renouer avec la compétition, je suis vraiment très content et très enthousiaste. »

Aucun but avec les professionnels…

S’il n’a logiquement pas marqué en Ligue 1 puisqu’il n’y a encore jamais évolué, Maxwell Cornet n’a jamais fait trembler, non plus, les filets de Ligue 2. Pour trouver trace d’une réalisation du natif de Bregbo, en Côte d’Ivoire, il faut remonter à la saison 2012-13, lorsque Metz évoluait en National. A l’époque, Maxwell Cornet avait marqué à trois reprises : deux fois en Coupe de France et une en championnat. « Il sait être décisif mais c’est surtout un provocateur qui met les défenses adverses en danger, a confié son ancien coéquipier en Lorraine, Bouna Sarr, au site Olympique-et-Lyonnais.com. Il ouvre des brèches par ses dribbles. » « C’est un joueur de percussion » a également avancé son nouvel entraîneur, Hubert Fournier. Plus dynamiteur que buteur donc.

… mais un statut de gâchette en équipe de France de jeunes

En revanche, en sélection, Maxwell Cornet fait aussi la différence par ses buts. Et cette fois, ils ne sont pas rares : 5 en 15 matches avec les U16, 7 en 9 matches avec les U17, 2 en 4 matches avec les U18 et, enfin, 7 en 11 matches avec les U19. Le nouvel attaquant lyonnais est un buteur régulier en sélection. Ce qui, à 18 ans, lui confère déjà un statut de cadre de sa génération.

Il aurait pu rejoindre la Juve à 16 ans

Comme toutes les pépites, Maxwell Cornet a déjà tapé dans l’œil de plusieurs clubs européens. Et pas des moindres. A 16 ans, le talent du jeune homme fait littéralement tourner la tête de la Juventus de Turin, qui tente une approche. Metz, alerté par la menace italienne, s’empresse d’offrir à son prodige un premier contrat professionnel. Mais la Vieille Dame n’était pas la seule à être venue aux nouvelles. « En 2012, Chelsea, Arsenal et la Juventus cherchaient vraiment à le recruter, a assuré, à 20 Minutes, le directeur du centre de formation messin, Denis Schaeffer. Il n’y avait pas besoin d’être un spécialiste pour comprendre qu’il était au-dessus du lot. »

Le successeur de Pjanic, c’était lui

Pas au poste de meneur de jeu, bien qu’il ait plutôt évolué ces dernières années dans un rôle excentré, dans un registre d’ailier. Mais plutôt en termes de potentiel. « Depuis les benjamins, il était déjà promis à réussir s’il ne faisait pas de bêtises, assure Bouna Sarr. Ces dernières années, c’était l’espoir du club, le joueur sur lequel on comptait le plus ici depuis Pjanic. » Et si Metz couvait tant du regard le Franco-ivoirien, c’est en raison de son énorme marge de progression. « C’est un attaquant remuant, technique, rapide, adroit devant le but, prolonge Sarr. Il a une grande aisance technique à tel point qu’il est presque ambidextre. Il a les qualités pour jouer sur le côté. Le physique n’est pas sa caractéristique numéro un. C’est un joueur très malin qui se faufile dans les espaces. »

Pas forcément bien entouré

A 18 ans, Maxwell Cornet a déjà essuyé un tacle de la part de son ancien vice-président, Carlo Molinari. Ce dernier n’apprécie pas l’attitude du clan du joueur, ni celle du principal intéressé. « Je lui souhaite de réussir, mais je ne suis pas sûr qu'il emprunte le bon chemin. Il répond trop aux sirènes. Certains pères ne sont pas raisonnables, ils se projettent trop et provoquent l'échec de leur fils.» Si son attitude n’a pas plu au camp messin, Maxwell Cornet a tout de même affiché ces derniers mois un comportement positif. Notamment en ne faisant pas de vagues lors de sa mise à l’écart. « Pendant ces 6 mois, j’ai continué à bosser, à travailler au quotidien avec le préparateur physique qui n’a pas cessé de me motiver. Mais bon, j’étais vraiment dans l’optique de travailler, de continuer, de ne pas me mettre en retard parce qu’on ne sait jamais ce qu’il pouvait se passer. » Comme un transfert à l’OL.

Son idole, c’est… Lacazette !

Lorsque Maxwell Cornet a répondu Didier Drogba comme « attaquant référence » à une question posée sur ses idoles dans le foot, on s’attendait derrière à entendre une liste de cracks, comme Messi, Cristiano Ronaldo… Pas forcément à entendre celui de son coéquipier, Alexandre Lacazette. « Il est vraiment en pleine forme. Je pense que c’est un joueur sur qui je devrais m’inspirer et apprendre au quotidien », assure Cornet. Cela ne devrait pas être trop difficile à en croire Denis Schaefer, qui estimait que sa jeune pépite avait « un peu le profil » de l’international français.

Il a déjà joué dans une pub

La Ligue 1 ne le connait pas. Le reste de l’Hexagone non plus. Et pourtant, Maxwell Cornet a déjà affiché sa tête à la télévision. Plus exactement dans une publicité mettant en avant la promotion 2012 de l’Adidas Scouting Camp, un événement rassemblant les meilleures pépites du pays le temps d’une journée. Au même titre que Yassine Benzia (Lyon), Adrien Rabiot (PSG), Antoine Kisaku (OM) ou Abdoulaye Doucouré (Rennes), Maxwell Cornet a eu droit à un petit film dédié, où on peut le voir enchainer les frappes au but… et avoir son petit message : « Cornet is all in ». Classe.

A.D avec J.L