RMC Sport

OL: un accord avec un très jeune Marseillais

Logo de l'OL

Logo de l'OL - -

Un jeune joueur d’un club partenaire de l’OM s’est engagé avec l’OL sur la base d’un accord de non-sollicitation mercredi. Et Jean-Michel Aulas s’est empressé de le relayer sur Twitter.

L’OL a attiré un jeune Marseillais dans ses filets ce mercredi. Un joueur de 13 ans, membre de l’Athletic Sport Busserine, a signé un accord de non-sollicitation avec le club de Jean-Michel Aulas. Peut-être un joli coup pour les Lyonnais alors que le club du minot possède un partenariat avec… l’OM. Même si une telle association n’interdit pas au joueur de rejoindre un autre club.

Aucune obligation vis-à-vis de l'OM

Le partenariat n’oblige en effet pas les jeunes à signer à l’OM, ce sont aux parents de décider. Cette "prise" relève plus du symbolique que d’une garantie sur l’avenir. À 13 ans, il est en effet difficile de prévoir l’avenir de ce jeune joueur, qui va intégrer le centre de formation le plus performant de France et l'un des meilleurs à l'échelle européenne. Jean-Michel Aulas a tout de même retweeté l’information, annoncée à l'origine par le club de l'AS Busserine.

L’ANS, ce n’est pas avant 13 ans

Une recrue bien particulière, puisque l’OL s’est engagé au titre d’un accord de non-sollicitation (ANS). L’ANS répond à des conditions bien précises. Pour qu’il puisse être signé, il faut que le joueur soit "âgé de 13 ans au moins au 31 décembre de la saison de signature", précise la Ligue de football professionnel. Par ailleurs, le club s’engage à offrir un contrat dans les trois ans suivant la signature de l’accord de non-sollicitation.

Une exclusivité de trois ans pour le club

Dernier point, le joueur est également tenu par cet engagement. La LFP indique à ce sujet qu’un "joueur signataire d’un accord de non-sollicitation avec un groupement sportif n’est pas autorisé, pendant une période de trois saisons, à signer un contrat de travail ou une convention de formation avec un autre groupement sportif professionnel ou à jouer en équipe première dans une compétition organisée par la Ligue de Football Professionnel" s’il n’a pas accepté, "dans les délais réglementaires, les offres de contrat du groupement sportif professionnel".

L’ANS oblige le club signataire à proposer un contrat aspirant de trois années au joueur. Si cela n’est pas fait, le club doit verser une indemnité au joueur.

Florian Perrier