RMC Sport

Olivier Echouafni : « On a le droit de rêver »

Le milieu de terrain niçois se veut ambitieux avant de débuter la dernière saison de sa carrière. A 36 ans, le joueur le plus âgé de la Ligue 1 veut croire aux chances de son équipe.

Olivier, vous avez été contacté cet été par Strasbourg, mais vous avez finalement préféré rester à Nice...
Il n’y avait pas que Strasbourg. Il y avait également Angers, Dijon, Nantes. J’ai eu quelques belles propositions mais ma priorité a toujours été de rester à l’OGC Nice. Cette saison est une année bonus. Le coach (Didier Ollé-Nicolle) voulait quelques joueurs pour encadrer un groupe assez jeune. Ce qui était important, c’était l’après-carrière. On s’est mis d’accord pour une reconversion à la fin de cette saison.

Allez-vous pouvoir vous arrêter ?
(rires) Je ne me fixe pas d’objectif si ce n’est celui de préparer l’avenir du Gym. Et cet avenir n’est pas avec Olivier Echouafni mais avec des jeunes joueurs.

Nice a-t-il les moyens de faire encore mieux que la huitième place acquise l’an passé ?
On l’espère. On a le droit de rêver et de faire rêver les gens. Mais le début de championnat est assez compliqué. Depuis que je suis au club (2003), c’est le calendrier le plus difficile que j’ai connu (déplacements à Saint-Etienne et Bordeaux et réception de Rennes lors des trois premières journées). Le début du championnat sera très important.

Vous pourrez compter sur Loïc Rémy que le Gym a réussi à conserver...
C’était primordial ! Nous sommes très heureux de l’avoir encore au moins un an avec nous. Il a été perturbé par toutes ces histoires. Il n’a que 21 ans. Il s’est posé beaucoup de questions et ne savait pas trop où il en était. L’accord a été trouvé. Il reste au Gym. La très bonne nouvelle, c’est qu’il a été appelé par Raymond Domenech pour affronter les Iles Féroé. Pour nous, c’est une très grande satisfaction d’avoir un de nos joueurs en sélection. On fera tout pour qu’il y reste et qu’il soit le plus fort possible.

Ce feuilleton a-t-il perturbé l’équipe ?
Au début, pas tant que ça. Mais en se rapprochant du début du championnat, ça commençait à saouler un peu tout le monde. Ça a mis du temps mais aujourd’hui c’est fini.

La rédaction