RMC Sport

OM : Anigo, la grinta avant tout

-

- - -

Depuis sa prise de fonctions il y a deux semaines, José Anigo tente d’insuffler sa haine de la défaite aux joueurs marseillais, qui disputent leur dernier match de l’année contre Bordeaux, ce dimanche Vélodrome (14h).

« Eviter de banaliser la défaite. » Ces propos avaient marqué la première conférence de presse de José Anigo en tant que successeur d’Elie Baup au poste d’entraîneur de l'OM. Trois matches plus tard, et alors que le directeur sportif est désormais assuré de rester assis sur le banc après la trêve, le bilan est d’une victoire (en Coupe de la Ligue contre Toulouse, 2-1), un match nul (en L1 à Lyon, 2-2) et une défaite (en C1 contre Dortmund, 2-1). Alors les Girondins se présentent au Vélodrome pour ce qui aurait dû être son ultime rendez-vous, peut-on vraiment parlé d’un effet Anigo ?

Sur le refus de la défaite ou la rage de vaincre, ce qui revient un peu au même, il semble que le discours du dirigeant phocéen soit passé. « José a remobilisé tout le monde, rappelle l’attaquant international André-Pierre Gignac. Il apporte sa grinta. Ça faisait longtemps qu’il n’avait pas entrainé. Il avait aussi envie de prouver que c’est comme le vélo, que ça ne s’oublie pas. Il a apporté un état d’esprit. »

Gignac : « On réapprend à gagner »

L’intéressé le confirme. Pour appuyer ses propos et « secouer » ses soldats, il a n’a d’ailleurs rien laissé au hasard. « Ils sont prêts à se battre pour ce club où il y a un passé magnifique, se réjouit José Anigo. Quand on leur explique tout le parcours des grands joueurs dans ce club... "Dédé" Gignac a grandi ici, il suffit de rappeler à certains cette histoire. On n'a pas le droit de ne pas se battre, de lâcher. Je retiens un cliché qui m'est resté après le match face à Toulouse : c'était un simple match de Coupe de la Ligue, mais ce que j'ai vu dans le vestiaire, c'est un groupe qui a aimé lutter et souffrir ensemble. Quand on est capable de faire des efforts tous ensemble, déjà ça ressemble à une équipe. »

En cas de victoire face à Bordeaux ce dimanche, les joueurs olympiens occuperont la 4e place à la trêve. Une motivation suffisante pour surfer sur la dynamique du succès. « Quand on joue à l’OM, un club mythique, on se doit d’avoir la culture de la gagne. On l’avait un peu perdue. On réapprend à gagner », conclut André-Pierre Gignac.

A lire aussi :

Gignac : « Je paye le prix de mon transfert, de mon salaire… »

Larqué : « Anigo est là pour dépanner »

La rédaction