RMC Sport

OM, dauphin malgré lui

-

- - -

Séduisant dans le jeu, l’OM n’a pas su s’imposer face à Auxerre (1-1) dimanche au Vélodrome. Les Olympiens cèdent leur place de leader à Lille. La quête d’un deuxième titre de champion consécutif s’annonce plus indécise que jamais.

Curieux paradoxe que celui de cet OM laborieux dans la gagne, et incapable de s’imposer lorsqu’il produit du jeu. Dimanche soir, les travées du Vélodrome ont apprécié une fluidité retrouvée, la mainmise d’un Lucho jouant enfin vers l’avant et le talent de Jordan Ayew dont on se demande s’il n’a pas définitivement relégué André-Pierre Gignac au troisième rang dans la hiérarchie des attaquants de Didier Deschamps.

Loué pour son froid réalisme ces dernières semaines, l’OM a frappé vingt fois au but face à Auxerre… et laissé filer deux points cruciaux dans la course au titre. Filou, Jean Fernandez a apprécié le mauvais tour joué à son ancien club. « Ils viennent de faire trois gros matchs dans la semaine, ils ont besoin de récupérer. Ils ont la qualité individuelle et collective pour être champions », a commenté le coach auxerrois avant de lâcher : « Allez l’OM, ne lâchez rien ! ». Dans l’autre camp, Didier Deschamps ne se voile pas la face : « Ce sera compliqué et serré jusqu’au bout. Il reste cinq batailles à livrer. »

18 points perdus à domicile

Depuis sa défaite au Vélodrome face à Lille lors de la 26e journée, l’OM affiche un bilan flatteur de cinq victoires pour deux nuls en Ligue 1. Une série qui ne saurait masquer les difficultés éprouvées par les hommes de Deschamps. « Ils ont du mal à faire le jeu face à des équipes recroquevillées qui viennent chercher un point, juge Eric Di Meco, latéral de l’OM vainqueur de la Ligue des champions en 1993. Marseille est une équipe de coup, dont la qualité de jeu est insuffisante. Avec tous les pépins qu’il a eus cette saison, Didier n’a jamais pu aligner la même équipe, ce qui nuit forcément à la cohésion. Ce qu’il fait dans ces conditions relève même de l’exploit. »

A domicile, Marseille patauge. L’OM a laissé filer 18 points au Vélodrome, y concédant deux fois le nul lors de ses trois derniers matchs. Des contreperformances qu’il faudra rattraper à l’extérieur, à commencer par le déplacement à Lyon dimanche prochain (21h). « Je les vois faire un bon résultat à Gerland, prédit Di Meco. Ils ont beaucoup de ressources mentales, ils iront jusqu’au bout. » Sera-ce suffisant pour surpasser des Dogues en manque de titre de champion depuis 67 ans ?

Le titre de l'encadré ici

Deschamps et les absents |||

A moins d’une semaine d’un déplacement capital à Lyon (dimanche 21h), l’entraîneur olympien déplore de nombreux joueurs blessés ou suspendus.

Anthony Le Tallec n’est plus le bienvenu à Marseille. Auteur d’une vilaine semelle sur Lucho à la 74e, l’attaquant auxerrois a provoqué la sortie du meneur de jeu argentin trois minutes plus tard, sous la bronca du public. Didier Deschamps s’est cependant montré rassurant sur l’état de santé d’ « El Comandante » à l’issue de la rencontre : « Il a pris une bonne semelle sur la cheville qui a un peu tourné, a confié le technicien. Je ne pense pas que ce soit trop grave mais ça l’a empêché de continuer. » Cette sortie avait été précédée par celle de Cheyrou (62e), touché aux adducteurs. Privé de ses deux rampes du milieu de terrain, l’OM a peiné en fin de match et subi l’égalisation auxerroise. Didier Deschamps espère cependant pouvoir aligner les deux hommes face à Lyon. Ils ont en tout cas deux jours pour récupérer, Deschamps ayant accordé 48h de repos à un effectif très sollicité ces derniers temps.

Taiwo risque six matchs de suspension

Les adducteurs, un mal dont souffre également Stéphane Mbia, touché lors de la finale de la Coupe de la Ligue. L’IRM pratiquée sur le joueur camerounais a révélé une déchirure qui fait craindre une fin de saison prématurée le concernant. Mbia a par ailleurs été invité à accompagner Taiwo devant le comité national d’éthique de la FFF. Mais ce ne sera pas pour ce jeudi 5 mai, comme prévu. En fin d’après-midi, l’instance a décidé de reporter d’une semaine ses auditions. Ce qui permettra au Nigérian, qui risque jusqu’à six matchs de suspension, de ne pas rater le choc à Lyon dimanche. Un match pour lequel Charles Kaboré ne pourra postuler : le Burkinabé est suspendu pour avoir été averti trois fois en moins de dix matchs.

En fait, le retour prévu de Loïc Rémy à Gerland est le seul éclair dans une grisaille initiée le 27 novembre par Azpilicueta, gravement blessé au genou et out pour le reste de la saison. Rémy a purgé ses deux matchs de suspension suite à son altercation avec le défenseur montpelliérain El Kaoutari lors de la 32e journée. Et l’international français est attendu avec impatience par son entraîneur.

Sylvain Reignault