RMC Sport

OM, la chasse aux défauts

Didier Deschamps

Didier Deschamps - -

En progrès dans le jeu, l’équipe de Didier Deschamps paie très cher certaines insuffisances individuelles. Avant d’entamer leur campagne européenne face au Spartak Moscou, ce mercredi au Vélodrome (20h45), les Olympiens devront corriger le tir.

Depuis 1996 et le titre conquis de haute lutte par Auxerre, jamais un club de Ligue 1 ayant engrangé cinq points en cinq journées n’a été sacré champion de France. Le nul (2-2) concédé à Monaco dimanche soir à domicile n’a pas arrangé la situation comptable d’un champion de France seulement 13e de Ligue 1. « L’envie et la détermination de mes joueurs montrent qu’ils étaient présents, estime Didier Deschamps. Mais on est chez nous et sur le plan mathématique, c’est insuffisant. »

Plutôt séduisants dans le jeu, les Marseillais ont toutes les difficultés du monde à remporter des matches. Et avant de défier le Spartak Moscou pour le première journée de poule de Ligue des champions, il reste encore pas de détails à fignoler. A l’image d’un Stéphane Mbia totalement fautif sur le deuxième but de Monaco. Un peu facile, le Camerounais tente de dribbler Park plutôt que de dégager le ballon. « Il sait très bien qu’il doit le sortir en touche, glisse Stève Mandanda. Ce sont des choses qui arrivent, même si ça ne devrait pas arriver car ça nous coûte un but. »

Le gardien de l’OM, pourtant auteur de quelques bourdes mémorables la saison dernière, ne semble pas prêt de pardonner à son défenseur. Preuve que le groupe marseillais n’est pas totalement serein. « "Steph" est un grand garçon, c’est quelqu’un d’intelligent, ajoute-t-il. Il n’y a pas à épiloguer là-dessus 110 ans (sic). »

Deschamps : « Gignac n’est pas à 100% »

Autre joueur dans le collimateur : André-Pierre Gignac. L’ancien attaquant toulousain aurait pu être le héros du match face à Monaco. Mais son but justement refusé par M. Lannoy, dans le temps additionnel, pour une poussette préalable de Brandao sur Hansson, ne peut cacher une performance insuffisante. « Sur quelques situations, j’aurais pu mieux jouer ou lever la tête, admet-il. Mais chez les attaquants, il y a une part d’égoïsme… »

En puis son état de forme laisse à désirer. « "Dédé" sort d’une longue période sans jouer, rappelle Deschamps. Je sais qu’il n’est pas à 100 %. Pour qu’il le devienne, ça passe par du temps de jeu. Il lui manque encore ce coup de rein ou cette vitesse d’exécution. » Pour Didier Deschamps, le temps presse. Ce mercredi face au Spartak Moscou, il sera privé une nouvelle fois de Rémy et Diawara. Deux absences dont il se serait bien passé…

C. Z. (avec M. A. et F. L.)