RMC Sport

OM : le changement de com’, c’est maintenant !

Vincent Labrune et José Anigo.

Vincent Labrune et José Anigo. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Cet hiver, Elie Baup a été sacrifié, après avoir dédouané staff et joueurs. Désormais, ce sont ces derniers qui sont exclusivement pointés du doigt, Labrune et Anigo refusant d’endosser toute responsabilité. Décryptage d’une com’ évolutive.

Labrune, Anigo, même combat. Ou plutôt, même discours. La communication de crise, « qui dure depuis 7 mois » selon l'aveu même du président de l'OM après la défaite contre Rennes samedi soir, est entrée dans une nouvelle phase : totalement à charge à l'encontre des joueurs de l'OM. Même dans la difficulté, Elie Baup avait toujours joué la carte de l'unité, se refusant à pointer du doigt son vestiaire, ni le recrutement de la direction, pourtant très critiqué au sein même du staff de l'OM.

« Nous sommes tous coupables, mais le principal responsable, c'est l'entraîneur", avait d'ailleurs déclaré Vincent Labrune début décembre pour justifier l'éviction d'Elie Baup. La faute du coach. Puis la faute des joueurs. Rarement celle du président, du directeur sportif et de leur politique de recrutement.

Une union de façade

Il y a encore quelques semaines, Labrune et Anigo tentaient de démentir les informations de RMC Sport qui révélaient le manque d'unité du groupe olympien, et le comportement individualiste de nombreux joueurs plus préoccupés par la Coupe du monde, leur futur contrat ou leur manque de temps de jeu.

Deux mois plus tard, cela devient un alibi. Comme un retour de boomerang et une réalité qui revient en pleine face : le groupe ne vit bien que quand il s'agit de jouer au Perudo (un jeu de dés qui passionne les joueurs), de mettre un peu de musique dans le vestiaire ou faire quelques blagues entre potes... Quand il faut aller au front, sur le terrain, l'OM s'effrite à vue d'œil. Et désespère ses supporters.

Florent GERMAIN et à Marseille