RMC Sport

OM : le nouveau Vélodrome inauguré… sans ses supporters

Le nouveau Stade Vélodrome

Le nouveau Stade Vélodrome - AFP

Le nouveau Stade Vélodrome a été inauguré ce jeudi devant 1 500 personnes, dont le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, le ministre des Sports Patrick Kanner et le président de la Ligue, Frédéric Thiriez. L’événement a légèrement été entaché par l’absence des groupes de supporters, ainsi que par la présence de manifestants en dehors de l’enceinte.

Il est 11h30 ce jeudi, à Marseille. Le Stade Vélodrome, théâtre des exploits de l’OM depuis 1937, fait officiellement peau neuve sous les yeux, entre autres, du ministre des Sports, Patrick Kanner, du maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, et du président de la Ligue de Football Professionnel, Frédéric Thiriez. Ce sont en tout 1 500 personnes, invitées par la société Arema, gestionnaire du nouveau Vélodrome, qui ont pris place dans la tribune Jean-Bouin et apprécié l’écrin phocéen, doté d’un toit et passé de 60 000 à 67 000 places. Résultats de trois ans et 238 millions d’euros de travaux.

« Mesdames et messieurs, une exclamation : ‘‘Oh Peuchère’’ ! Quel stade ! Je viens d’une autre ville historique du football. Mais vu ce stade exceptionnel et impressionnant, je dirais aujourd’hui, vive l’OM » a lancé Patrick Kanner. D’autres auraient certainement aimé le crier également. Comme les groupes de supporters de l’OM, fidèles pensionnaires des lieux, avec 30 000 abonnés. Mais ces derniers n’étaient pas conviés à cette inauguration, au ton très institutionnel (ni Vincent Labrune, le président, ni Margarita Louis-Dreyfus, la propriétaire du club, ni les joueurs n’étaient présents). Arema, qui a centralisé les listings d’invitations fournis par les différents organismes ayant financé le stade (conseil régional, départemental, Bouygues, préfecture, ville de Marseille), ne souhaitait visiblement pas associer les supporters à l’événement, et ce, afin d’éviter tout problème.

Cataldo : « Complètement oubliés »

De quoi provoquer l’ire du leader des Dodgers (virage Nord), Christian Cataldo. « Comme par hasard, les groupes de supporters, qui représentent plus de 25 000 personnes dans le stade Vélodrome, on a été oubliés, pas invités. C’est drôle, c’est nous les gens qui habitons, entre guillemets, le stade tous les 15 jours, et on a été complétement oubliés par la mairie, le conseil régional ou général, par l’OM, par cette action. Comme quoi les supporters à Marseille, heureusement que l’on aime notre équipe parce que tout le monde s’en fout de nous. » Depuis, la tension est quelque peu retombée. Tôt dans la matinée, le club phocéen a appelé Christian Cataldo pour lui expliquer qu’il n’y était pour rien dans l’absence des groupes de supporters. Puis ce fut au tour des organisateurs, à 9h30, de s’excuser, par mail, affirmant que les invitations avaient dû se perdre… mais que les supporters pouvaient finalement quand même venir, s’ils le souhaitaient.

Tout cela n’a en tout cas pas douché l’enthousiasme de la ville pour son nouveau bijou. Pas plus que les quelques fumigènes sortis boulevard Michelet par des militants, avec pancartes et chant à l’encontre de Jean-Claude Gaudin : « Des millions pour le Vélodrome, rien pour nos mômes. » « L’aventure du nouveau Stade Vélodrome va réellement commencer, a affirmé le maire phocéen. Grâce au succès de notre club résident, l’Olympique de Marseille, qui s’est fièrement installé en tête du championnat. Et nous lui souhaitons d’y rester jusqu’à la fin de la saison. » Marcelo Bielsa, qui juge le Vélodrome « majestueux » vide et « émouvant » plein, ne demande pas autre chose.

A.D avec F.Ge