RMC Sport

OM-Montpellier : Gignac frappe encore

OM : La joie de Gignac et Baup

OM : La joie de Gignac et Baup - -

Grâce à un but d’André-Pierre Gignac dans les ultimes secondes, l’OM a battu Montpellier (3-2) ce samedi après-midi, au Stade-Vélodrome. Le club olympien s’empare provisoirement de la 2e place du classement. Mais les champions de France peuvent avoir des regrets.

Cet OM est décidément imprévisible. Battue 3-1 à Sochaux il y a une semaine, la formation d’Elie Baup, menée 2-1 par Montpellier à dix minutes du coup de sifflet final, se dirigeait tout droit vers un deuxième revers consécutif. Erreur. Grâce à deux buts de Jordan Ayew (80e) et André-Pierre Gignac à la dernière seconde (91e), le club phocéen a arraché une très précieuse victoire. Daniel Congré, déjà auteur d’une boulette au match aller (0-1), s’en voudra sans doute longtemps d’avoir tenté une aile de pigeon devant l’ancien buteur du TFC dans le temps additionnel. Son geste manqué a permis à Gignac d’offrir à son équipe trois points quasi-inespérés au vu de la physionomie de cette rencontre.

Mais qu’importe, l’OM, avec ce premier succès en Ligue 1 en 2013, s’empare provisoirement de la 2eplace du championnat, à un point de l’OL. Mais les Olympiens reviennent de loin. « On est passé par tous les états, confirme Elie Baup. Dans le football, il faut persévérer, toujours y croire jusqu’à la dernière minute. C’est vrai que nous étions proches d’être menés 3-1, mais il y a toujours un déclic, quelque chose qui se passe dans la dynamique d’un groupe. La volonté de ne pas finir comme ça. Au niveau de l’état d’esprit, on est capable de renverser des choses. Le dénouement est encore plus fort. » Difficile, en effet, d'oublier l'immense joie des Phocéens à l'issue de la rencontre.

OM, que de fébrilité en défense

C’est André Ayew, en position de hors-jeu sur un centre de Barton, qui ouvre la voie du succès pour l’OM (14e, 1-0). Joie de courte durée pour les Olympiens puisqu’Emanuel Herrera remet les compteurs à zéro trois minutes plus tard, en profitant notamment d’une défense olympienne apathique (17e, 1-1). Cette fébrilité perdure après la pause et c’est tout à fait logiquement que les champions de France, bien plus mordants, prennent l’avantage grâce à John Utaka, mis sur orbite par Rémy Cabella (57e, 1-2). « Que ce soit contre Sochaux ou Montpellier, on devra améliorer nos sorties de balle, reconnait Elie Baup. Il y a beaucoup de choses à faire. Mais avec cette mentalité, cette envie de bousculer les choses, on peut continuer à espérer gagner des points et ennuyer les autres équipes. »

Dans ce match à rebondissements, les Marseillais n’ont en effet pas dit leur dernier mot. Sur un contre, André Ayew se transforme en passeur pour son jeune frère, Jordan, décisif devant le but (80e, 2-2). Alors que l’OM s’en sort finalement bien, André-Pierre Gignac fait frissonner tout le Vélodrome dans les dernières secondes en offrant la victoire à son équipe. Profitant d’une aile de pigeon osée et manquée de Congré, « APG » assomme Montpellier (91e, 3-2). « Ce n’est pas sérieux, se fâche René Girard, le coach héraultais. Je ne suis pas content du tout ! Quand on fait les efforts qu’on a faits, le jeu qu’on a déployé, c’est presque une faute professionnelle. Les deux derniers buts me gênent beaucoup. » La semaine des Montpelliérains promet d'être agitée...

Aurélien Brossier avec FG