RMC Sport

OM-PSG: "La tête haute", la presse marseillaise fière après le nul face aux stars parisiennes

A l’image de La Provence, la presse marseillaise est globalement satisfaite du match nul obtenu par l’OM face au PSG (0-0) dimanche soir au stade Vélodrome, en clôture de la 11eme journée de Ligue 1.

Pas de vainqueur ni de vaincu entre l’Olympique de Marseille et le PSG. Dimanche soir, dans un stade Vélodrome chaud-bouillant, le Classique s’est conclu par un match nul 0-0. Un bon point pour les journaux marseillais. "La tête haute" titre en Une la Provence avec une photo de William Saliba le poing rageur et le regard de gagnant. Pour le quotidien provençal, ce choc était "presque parfait." Il n’a manqué qu’un but à l’équipe de Jorge Sampaoli qui s’est procurée plusieurs occasions franches mais qui n'a pas su profiter de sa supérioté numérique après l’expulsion d’Hakimi.

La Provence voit Saliba bientôt en bleu

Au rayon des individualités, La Provence met en avant la performance de William Saliba, dont. "l’avenir est en équipe de France." Même sentiment de satisfaction pour "La Marseillaise". "L'OM muselle le PSG", titre le quotidien. La Marseillaise se félicite que les trois défenseurs centraux phocéens n'aient pas été "impressionnés" par Mbappé, Neymar et Messi. Lopez, Payet, Lirola et Ünder héritent de la meilleure note avec un 7/10.

Le Parisien pas tendre avec Hakimi et Neymar

A Paris, Le Parisien est moins enthousiaste. "Un Clasico sans étincelles" regrette en Une le quotidien francilien pour qui "il n'y a pas de quoi s'enflammer." Dans ses notes aux joueurs de Mauricio Pochettino, la plus mauvaise est attribuée à Hakimi, expulsé, qui hérite d'un 3/10. Il "a perdu le fil", déplore Le Parisien. Neymar, "décevant dans l'ensemble", récolte à peine mieux avec un 4/10. Le joueur du PSG le mieux noté est Danilo, titulaire surprise au milieu, qui hérite d'un 6/10. "Il a eu peu de duels à disputer en première période mais a su répondre présent dans les moments chauds en mettant le pied au retour des vestiaires", écrit le journaliste Benjamin Quarez.

ABr