RMC Sport

OM : quand Mandanda réclame de l’aide à Michel

Le match nul de l’OM face à Toulouse ce dimanche (1-1) a été marqué par une scène assez révélatrice de l’errance marseillaise au Vélodrome. Steve Mandanda, Florian Thauvin et Michel ont été impliqués.

Un dimanche comme un autre au Vélodrome, cette saison. L’OM ne trouve pas la faille et se met en danger. Mais ce scénario, Steve Mandanda le supporte de moins en moins. Lors de la deuxième période face à Toulouse (1-1), le gardien marseillais a multiplié les arrêts… et les coups de gueule. Jusqu’à demander à Florian Thauvin, alors à l’échauffement, d’aller voir Michel sur le banc pour lui dire qu’il y avait un problème au milieu. Une scène racontée par BeIn Sports. Et confirmée par Steve Mandanda à l’issue de la rencontre.

"Il le voyait déjà, a expliqué le gardien de l’OM à propos de son entraîneur. Mais sur le terrain, je pense que tout le monde n’avait pas les bonnes consignes. Ou les joueurs ne les respectaient pas." Le messager, Florian Thauvin, a lui gardé le secret sur les mots employés par son capitaine. "C’est personnel. C’est pour le bien de l’équipe. Ça doit rester entre nous." Mais devant la presse, Michel a quand même dû se défendre. Notamment sur le fait d’avoir pris le risque de déséquilibrer l’équipe.

Michel : "C'était quoi la solution ?"

"Je sais qu’on était déséquilibré, mais c'était quoi la solution ? Enlever un attaquant pour remettre un joueur au milieu ? Peut-être, mais je ne sais pas comment aurait réagi mon équipe, voire même le public, si j'avais enlevé un attaquant, a indiqué Michel. On avait besoin de trois points, donc on a pris des risques. On était en danger en contre-attaque, mais on avait un maximum de joueurs pour se créer des occasions. Si on avait été plus efficace en première mi-temps, on aurait été ravi et on n'aurait pas vécu ce déséquilibre en deuxième période. Quand on prend ce genre de décisions, il faut que ça paye. Sinon, on ne peut pas les justifier." Heureusement pour lui, l’OM a arraché un point.

L.P. avec F.Ge.