RMC Sport

OM-Rennes : vers une grève massive des supporters ?

OM-Rennes : la crainte d’une ambiance électrique

OM-Rennes : la crainte d’une ambiance électrique - AFP

L'OM craint une ambiance électrique au Vélodrome lors de la réception de Rennes ce vendredi (20h30). Au point que Vincent Labrune a réuni mercredi les leaders de groupes de supporters pour tenter de déminer la situation.

Cet OM-Rennes pourrait être très chaud. Comme expliqué mercredi par RMC Sport, plusieurs groupes de supporters marseillais ont exprimé, dans un communiqué commun, leur ras-le-bol. Et ont appelé à respecter un quart d'heure d'absence ou de silence au début du match, ce vendredi (20h30, 31e journée de Ligue 1). Pour tenter de calmer les ardeurs des groupes, Vincent Labrune a même décidé mercredi de réunir les leaders des associations de supporters pour leur demander encore un peu plus de patience et de clémence, avec notamment deux arguments.

Le premier, ne pas perturber encore plus l'équipe, au risque de la voir s'enfoncer encore plus au classement. Le second, ne pas refroidir d'éventuels investisseurs avec des mouvements de contestation. Intox ou pas, le président de l'OM sait pertinemment que des "Labrune démission" fleurissent dans le stade depuis de longues semaines et qu'il est aujourd'hui en première ligne.

Tous les groupes pourraient se joindre à la grève 

"Le virage Nord devrait être plus agité que le Sud. Mais, oui, ça risque d'être chaud, confie un proche de l'OM. Les supporters sont arrivés à un point de saturation. Il fallait que ça arrive un jour. Et là, ils n'en peuvent plus." Hier soir, les Ultras avaient rejoint le mouvement de grève lancée par les Fanatics et les Dodgers, alors qu'un doute subsistait quant à la position des MTP. Au final, La Provence annonce ce vendredi que tous les groupes devraient respecter ce quart d'heure de contestation. Les quinze premières minutes devraient donc se jouer devant des virages vides, ou silencieux, avec énormément de banderoles de protestation, y compris chez les plus grands groupes comme les Ultras, les Winners et les Yankees. 

"Ce sont les groupes les plus importants. Si eux aussi s'y mettent, on n'est pas dans la merde…", craint un dirigeant olympien. Une phrase qui en dit long sur l'inquiétude que suscite cette rencontre OM-Rennes. Au sein du club olympien, tout le monde croise les doigts pour que le scénario du match soit favorable à l'OM. Ce qui permettrait alors d'apaiser l'ambiance dans les tribunes du Vélodrome.

Florent Germain