RMC Sport

OM : Une couronne d’automne pour passer l’hiver ?

-

- - AFP

Vainqueur sans briller de Metz (3-1) ce dimanche soir, Marseille reprend pour un point la place de leader du championnat abandonnée la veille au PSG. L’OM doit encore réussir deux chocs, à Monaco et contre Lille, pour s’assurer d’un honorifique titre de champion d’automne.

Autant l’avouer, ce titre ne sert à rien. A peine pour la gloire et la possibilité de passer les fêtes à chambrer les supporters adverses. Mais il faut aussi raison garder : pour les supporters, les joueurs et le staff marseillais, honorifique ou pas, un titre de champion d’automne au nez et à la barbe de l’éternel rival parisien aurait une douce saveur. Celle d’une première partie de saison plus que réussie derrière l’effet Marcelo Bielsa et d’un rêve de titre toujours vivace à l’heure d’entamer l’année civile 2015.

Mais pour glaner cette couronne, l’OM n’aura pas le choix. Il faudra encore réaliser deux gros matches. A Monaco, d’abord, puis au Vélodrome contre Lille. Tout sauf gagné d’avance. Surtout avec cette fatigue qui semble peu à peu gagner les organismes marseillais, à l’image de la difficile victoire (bien plus que le tableau d’affichage ne l’indique, en tout cas) glanée ce dimanche devant Metz (3-1). Car le scénario de ce rendez-vous dominical aurait très bien pu tourner à l’avantage des visiteurs. En première période, les Messins se révèlent vite les plus dangereux.

Douzième but pour Gignac, septième passe décisive pour Payet

Et c’est bien contre le cours du jeu que l’inévitable André-Pierre Gignac ouvrait le score juste avant la pause, son douzième but de la saison, sur un service du non moins inévitable Dimitri Payet (1-0, 43e), sa septième passe décisive de l’exercice (en tête du classement de la spécialité). Au retour des vestiaires, Florent Malouda profitait d’une frappe déviée par Nkoulou pour remettre les compteurs à égalité (1-1, 46e). Un peu mieux par la suite, mais vraiment à peine, l’OM finira par trouver l’ouverture décisive suite à un corner tiré par Thauvin.

Sur la remise de Payet, le plat du pied de Romao trouvait le poteau mais Ayew avait bien suivi pour crucifier les Messins (2-1, 59e). Auteur d’un bon match, Mandanda devra encore sauver les siens du danger (67e). Mais les visiteurs ne reviendront pas. Au contraire, ils finiront par craquer une troisième fois dans les arrêts de jeu sur une récupération puis un contre plein de générosité – la marque Bielsa – conclu d’une pichenette lucide et subtile signée Payet. La manière aura été difficile mais Marseille engrange encore trois points. Les hommes de Bielsa en profitent, surtout, pour remettre le PSG à une longueur en tête du classement de la Ligue 1. Jusqu’en janvier au moins ? Les Phocéens ont encore 180 minutes à réussir pour atteindre l’objectif du titre de champion d’automne. Qui en est forcément un, inutile ou pas.

Alexandre Herbinet