RMC Sport

OM : une mise au point capitale ?

-

- - -

Après leur élimination en C1 et avant PSG-OM dimanche, les Marseillais se sont dit leurs quatre vérités au cours d’un débriefing imprévu de deux heures. Reste à savoir si l’unité du groupe sera retrouvée au Parc des Princes.

« Viens à ma place, tu vas voir si c’est calme ! » Didier Deschamps ne partage pas l’avis d’un journaliste lorsque celui évoque, en dépit des défaites, un calme relatif comparé aux années précédentes. Si les voitures des joueurs ne sont plus les cibles des supporters en colère, la tension est toujours palpable au Centre Robert Louis-Dreyfus. Surtout à quelques heures d’un explosif PSG-OM, dimanche en match de clôture de la 31e journée de championnat.
Steve Mandanda, qui avait pointé du doigt le manque d’unité de son groupe, mardi soir, après l’élimination en quart de finale de C1 face au Bayern (2-0), le reconnait volontiers : « Après une série de défaites, l’ambiance n’est pas au mieux », dit-il. Didier Deschamps, de son côté, n’ose pas dire que l’ambiance est bonne : « Elle n’est pas mauvaise, préfère-t-il déclarer. Comme dans tous les vestiaires quand les résultats ne sont pas là, les tensions existent toujours. Mais ce n’est pas pour autant qu’il y a une démobilisation. Les longues discussions qu’on a pu avoir ont pour but d’aller dans un sens positif.»

Mandanda : « Il y a un truc qui ne va pas »

La longue discussion évoquée par « DD » a eu lieu jeudi matin. Guy Stéphan, son adjoint, raconte la scène : « Didier a fait un retour sur le match du Bayern et sur ce qui a été dit après. Il a demandé aux joueurs de s’exprimer. Ils l’ont fait pendant un certain temps. » La mise au point a duré deux heures. Les joueurs marseillais avaient visiblement beaucoup de choses à se dire : « On a énormément parlé, sourit Mandanda. Deux heures, c’est long. » Le gardien phocéen a qualifié la discussion de « constructive ».
Si peu de choses ont filtré de cette réunion informelle, il fut beaucoup question d’implication, d’investissement au sein du collectif. « Chacun doit faire le maximum dans son rôle », affirme Mandanda. Et pour une fois, les langues se sont déliées : « Plus de la moitié des joueurs se sont exprimés, raconte Guy Stéphan. Didier a participé lui aussi à la discussion. Il y a des non-dits. Des joueurs qui n’expriment pas ce qu’ils ont sur le cœur. Là, ils ont eu l’occasion de le faire. C’est une bonne chose qu’il y ait eu cette discussion. »

Avant de se rendre dans la capitale, les Phocéens ont-ils identifié le mal ? Pas sûr. Steve Mandanda inquiète même lorsqu’il lâche : « Il y a un truc qui ne va pas. On ne sait pas d’où cela vient. Mais on n’a plus le temps de calculer ».

Le titre de l'encadré ici

Mandanda était « déçu et énervé »|||

Il est rare de voir un joueur critiquer son équipe. Surtout un capitaine et surtout Steve Mandanda. Après la défaite et l’élimination de l’OM en quart de finale de Ligue des champions mardi Munich (2-0), le gardien international a pourtant lâché, amer : « Le groupe n'est pas forcément solidaire. » Des paroles dures que l’intéressé ne regrette pas mais qu’il tient à nuancer : « Ces mots ont été dits à chaud, a-t-il indiqué ce vendredi. Quand je ne veux pas m’arrêter en zone mixte (salle d’interview), c’est justement pour éviter d’être dur. On est sur une série de défaites. Il n’y avait rien à dire contre le Bayern qui était plus fort que nous. Ces mots ont été dits parce que j’étais déçu d’avoir perdu et énervé. Je suis un compétiteur avant tout. C’était un quart de finale de Ligue des champions. L’accumulation fait que j’ai été assez dur. »

Aurélien Brossier avec YP