RMC Sport

Paris rate le coche

Javier Pastore

Javier Pastore - -

Tenu en échec sur sa pelouse par le Losc (0-0), le Paris Saint-Germain manque l’occasion de prendre seul les commandes de la Ligue 1. Si les Lillois restent 3es, cette affiche entre deux grosses cylindrées du championnat n’a pas tenu toutes ses promesses.

Le 21 mai dernier, le Losc arrachait un match nul sur la pelouse du Parc des Princes (2-2). Un point synonyme du titre de champion de France pour les Dogues. Un peu moins de huit mois plus tard, les joueurs de Rudi Garcia rejoignaient la capitale avec une ambition toute aussi élevée : celle de dépasser les Parisiens et de rejoindre Montpellier en tête de la Ligue 1. Pour contrer la puissance offensive lilloise, Antoine Kombouaré avait décidé de trancher dans le vif en préférant titulariser Milan Bisevac à Mamadou Sakho, son habituel capitaine. Rudi Garcia avait, lui, choisi de faire confiance à Gueye plutôt qu’à Pedretti au milieu de terrain.

Dans un Parc des Princes plein à craquer et sous une pluie battante, les deux formations ont pourtant mis du temps à se montrer dangereuses. Auteurs d’un gros pressing en début de rencontre, les Nordistes se créaient la première occasion sur une frappe de Balmont au-dessus (15e). Peu inspirés, à l’image d’un Jérémy Ménez effectuant les mauvais choix, les Parisiens faisaient pourtant passer un frisson dans le dos des supporters lillois. Servi par une merveille de passe de l’extérieur du pied de Pastore, Gameiro se présentait seul face à Landreau mais manquait complétement sa reprise de volée, seul aux six mètres (20e). Hormis un tir de Debuchy à côté (45+2e), c’était tout pour une première période jouée à un rythme élevé, mais très fermée.

Le mécontentement de Pastore

Mieux rentrés dans la seconde période, les hommes d’Antoine Kombouaré se sont rapidement montrés dangereux. Profitant des espaces entre les lignes du Losc, Pastore (48e) puis Nenê (52e) manquaient le cadre. Dans un match plus heurté, les occasions se faisaient toujours aussi rares. Moins inspirés que d’habitude, les Lillois ne se montraient dangereux que sur des frappes lointaines de Gueye puis de Jelen (93e), magnifiquement sorties par Sirigu (77e). L’action du match dont tout le monde se souviendra restera donc sans conteste la sortie de Javier Pastore.

Remplacé par Sylvain Armand à dix minutes du terme, l’Argentin est sorti avec le masque, visiblement irrité de céder sa place alors qu’il avait montré un visage plutôt séduisant. Reste à savoir si les sifflets descendus des tribunes du Parc des Princes lui étaient destinés ou exprimaient l’incompréhension face à l’option tactique prise par Antoine Kombouaré. Si Paris rejoint Montpellier (37 points) en tête du championnat et Lille reprend sa 3e place, l’Olympique lyonnais, seule équipe du Top 4 à avoir gagné ce weekend, se frotte les mains. Avec quatre formations qui se tiennent en deux points au sommet du classement, les amateurs de suspense en ont pour leur argent.