RMC Sport

PSG: L'avocat de Ben Arfa raconte l'échange avec l’émir du Qatar, une "simple boutade"

Envoyé en réserve et privé de Ligue des champions par le PSG, Hatem Ben Arfa est dans une impasse. Dans Team Duga ce lundi sur RMC, son avocat Jean-Jacques Bertrand est revenu sur ce qui pourrait être l’origine du divorce. Une discussion avec l’émir du Qatar. Ou plutôt une blague du Français.

Hatem Ben Arfa va-t-il vivre une deuxième saison noire au PSG ? C’est bien parti… Le Français est écarté, envoyé en réserve et privé de Ligue des champions. Dans Team Duga ce lundi sur RMC, son avocat Jean-Jacques Bertrand a expliqué la situation, plus que jamais bloquée.

A voir aussi >> Le PSG prive Ben Arfa de Ligue des champions

Aucun échange entre Al-Khelaïfi et Ben Arfa depuis un an

"On voudrait poser la question au président, à l’entraîneur voire au directeur sportif. On n’a aucune indication. Hatem a demandé, depuis le début de la saison dernière. Est-ce que vous trouvez normal qu’un joueur n’ait jamais pu avoir quelques échanges corrects et courtois avec son président ? Il n’a jamais eu l’occasion de le rencontrer depuis qu’il a signé son contrat avec le Paris Saint-Germain, malgré de nombreuses demandes. Il y a donc un dialogue de sourds."

Ben Arfa s’est "plié à tout"

"C’est un garçon qui a acquis une maturité incroyable. Tous ceux qui le côtoient aujourd’hui savent qu’il a complètement changé, que c’est un garçon adorable et qu’il se plie à toutes les disciplines qu’on lui demande. S’il y a des choses qui ne vont pas sur le plan sportif, dans le système de jeu de l’entraîneur, ou l’image que voulait lui donner son président, on en parle. Ça me paraît normal qu’il y ait des échanges. Hatem a joué à tous les postes où lui on a demandé de jouer la saison dernière, qui n’étaient pas le sien. Il s’est vraiment plié à tout. Mais on ne lui a jamais parlé."

Pas de demande de rendez-vous, mais "une boutade" avec l’émir

"Je ne peux pas vous rapporter les propos exacts qui ont été tenus à l’occasion de cet échange (avec l’émir du Qatar, ndlr), mais ce n’est absolument pas ça. Je démens totalement des propos qui n’auraient pas été corrects à l’égard de qui que ce soit, dans un échange avec l’émir. Jamais, jamais, jamais. (Une demande de rendez-vous ?) Pas du tout. Hatem est mieux placé pour en parler un jour. L’émir assistait à l’entraînement de l’équipe et à la fin, il est allé le voir et il a même parlé dans la langue de l’émir pour le saluer. C’était tout à fait normal. Le président était à côté. Je crois qu’il y a eu une boutade de joueur, en disant « je vous vois, j’ai plus de mal à parler avec mon président », ce qui était le cas du reste. C’est tout. Je crois que la fierté (de Nasser Al-Khelaïfi, ndlr) est vraiment cher payée, si c’est ça. Il n’y a eu aucun mauvais état d’esprit, aucun propos désobligeant qui a été tenu. Par courtoisie, comme les autres joueurs, Hatem est simplement venu saluer le propriétaire du club."

LP