RMC Sport

PSG : la fête tourne mal

-

- - -

Des incidents, provoqués par des pseudo-supporters, ont eu lieu lors la remise du trophée de champion de France aux joueurs du Paris Saint-Germain ce lundi soir sur la place du Trocadéro. De quoi laisser un goût amer aux vrais supporters du PSG…

Quelques toutes petites minutes sur le podium. Juste le temps de soulever le trophée de champion de France, de crier et de saluer la foule. Les joueurs du Paris Saint-Germain, au lendemain de leur troisième sacre en Ligue 1, n’ont malheureusement pas été les stars de la fête ce lundi en fin d’après-midi sur la place du Trocadéro. Leur instant de gloire a été gâché par des pseudo-supporters du PSG qui ont provoqué des incidents avec les forces de l’ordre et considérablement perturbé la célébration, au point de réduire le partage avec la foule au strict minimum. Une situation que le PSG craignait dès ce lundi matin, au moment où une réunion se tenait. Les affrontements ont même fait des blessés, 30 selon la préfécture de Paris dont trois membres des forces de l'ordre. « Plusieurs personnes ont été hospitalisées, a indiqué un responsable de la Croix-Rouge présent sur place. Pour une mauvaise réaction aux fumigènes, des malaises, des traumatismes dus aux mouvements de foule. »

Des questions se sont donc très vite posées sur l’organisation de cet évènement, auquel 10 à 15 000 personnes ont participé, et sur le scénario de la montée de la tension. Environ 300 anciens Ultras du PSG se sont rendus sur la place du Trocadéro pour envoyer un message à la direction du PSG, dénoncer leur situation et les interdictions de stade, notamment. Ils ont déployé une banderole pour être plus visibles depuis l'estrade des joueurs. Et ont donc fendu la foule pour arriver jusqu'au podium. Les premières tensions ont eu lieu avec les stewards qui faisaient barrage. La situation s'est ensuite calmée entre stewards et anciens Ultras. Mais plusieurs groupes isolés de casseurs ont ensuite ont provoqué les premiers débordements dans la foule.

« On n’est pas assez nombreux » a d’ailleurs très vite reconnu un CRS. « La préfecture a peut-être sous-estimé l’évènement, enchaîne Fabien Vanhemelryck (secrétaire national du syndicat de police Alliance). On aurait dû le prévoir. On était sur le même dispositif que pour le retour des médaillés olympiques sur les Champs-Elysées. Ce n’était pas la même foule, pas les mêmes supporters. » Dans la soirée, le préfet Bernard Boucault a annoncé 21 interpellations pour des jets de projectiles et des dégradations.

La parade sur la Seine annulée

En marge des affrontements, des dégâts ont également été commis dans les vitrines autour du Trocadéro, au pied de la Tour Eiffel et sur les Champs-Elysées. Une voiture a été brûlée. Un bus de touristes a aussi été assailli par les fauteurs de trouble, qui ont dévalisé les soutes… Face à ce contexte très tendu, le PSG ne s’est pas éternisé au Trocadéro pour retourner au Parc des Princes. La promenade en bateau sur la Seine a même été annulée à cause de ces problèmes de sécurité. Le sentiment d’un grand gâchis, 19 ans après le dernier titre de champion du PSG, prédominait donc dans les réactions des vrais supporters. 

« Des gens sont uniquement venus pour gâcher la fête, proteste l’un d’entre eux. Je suis totalement déçu. » « On nous a volé notre fête » ajoute un autre fan parisien. Bertrand Delanoë, le maire de Paris, a lui tenté de retenir la majorité pacifique plutôt que les débordements. « Il y a eu quelques perturbateurs, c’est dommage » a-t-il juste reconnu, à 48 heures d’une nouvelle fête sur le parvis de l’hôtel de ville qui devrait être annulée, à en juger par la position du préfet de police. Le PSG est champion de France. Mais l’image offerte au monde entier ce lundi est assez désastreuse.

A lire aussi :

- EN DIRECT - PSG : une fête sous tension

- La parade sur la Seine annulée

- Al-Khelaïfi : « Tout le monde reste au PSG »

LP avec PTa, GQ, NJ