RMC Sport

PSG-OM : inquiétudes et haute surveillance

L'OM sera surveillé de près

L'OM sera surveillé de près - -

Alors que l’OM se déplace sur la pelouse du PSG dimanche dans un match qui sent le soufre, un dispositif de sécurité extrêmement minutieux est mis en place pour encadrer la venue de supporters olympiens... qui sont loin de s’en satisfaire.

Une double-confrontation en trois jours, de vrais enjeux en tête de classement, l’éventuelle première de David Beckham… En plus de la rivalité historique, les ingrédients ne manquent pas pour faire du PSG-OM de dimanche un match plus explosif que jamais. C’est donc un dispositif de sécurité particulièrement strict qui a été mis en place, notamment autour du déplacement des supporters phocéens, limités à 400 dans un souci de réciprocité (le Vélodrome ne pouvant recevoir que 400 supporters adverses pendant ses travaux de rénovation).

Le processus sera le suivant : les 400 doivent impérativement faire le voyage en bus, ou en mini-bus, pour se rendre dans un lieu tenu secret, en Seine-et-Marne - et ce même s’ils résident sur Paris -, nettement avant l’horaire du match. Là seront effectués les fouilles, les contrôles d’identité, les remises de places, avant qu’un cortège ultra-sécurisé se mette en place pour se diriger vers Paris. Ils rentreront ensuite au Parc des Princes avant l'ouverture des portes au grand public et n’en sortiront qu’une fois tout le reste de l’assistance parti. « C’est comme ça que nous avions procédé en Coupe de la Ligue (le 31 octobre, ndlr), je ne vois pas pourquoi ça ne se passerait pas bien en championnat, estime Guy Cazadamont, directeur de la sécurité à l'OM. Je n’ai pas d’inquiétude à ce niveau-là ».

Tonini : « Une vraie désillusion pour les supporters marseillais »

Pourtant, côté supporter, c’est bien la colère qui prédomine au sujet d’un tel dispositif. « C’est une vraie désillusion, tempête Michel Tonini, leader des Yankees, qui ne fera pas le déplacement. Aujourd’hui, on a l’impression que le problème, ce sont les supporters de l’OM, et que l’on n’est ni respectables, ni respectés. On nous oblige à arriver des heures avant le match au péage sur l’autoroute, on va être fouillés. On nous contingente à 400, je ne sais pas pourquoi. Et pour couronner le tout, on nous met des supporters au-dessus de la tête alors qu’on sait ce que ça a pu donner dans un passé plus ou moins récent. Très franchement, ce match commence à nous passer par-dessus la tête ».

Les supporters olympiens pourraient en effet être surplombés par une tribune parisienne ! Pas forcément rassurant quand on sait qu’en 2000, dans une telle configuration, un jeune homme avait fini à l’hôpital, après avoir reçu un siège sur la tête. Une réunion « sécurité » programmée au Parc des Princes jeudi devrait permettre de régler les derniers détails pour assurer l’intégrité de tous. Mais à en juger par les propos de Michel Tonini, ce n’est pas la sérénité qui règne dans le camp phocéen, même si l’OM a publié un communiqué appelant ses supporters à adopter un comportement irréprochable.

A.T. avec F.G.