RMC Sport

PSG-Reims : la prime au résultat

Kévin Gameiro

Kévin Gameiro - -

Le PSG a battu une vaillante équipe de Reims sur la plus petite des marges au Parc des Princes (1-0), grâce à un but de Kévin Gameiro. Il se hisse provisoirement en tête de la Ligue 1 avec 19 points, en attendant le match de l’OM.

Un 4-4-2 assez inhabituel et un attaquant qui prend au contraire de bonnes habitudes. Si le Paris Saint-Germain est provisoirement leader de Ligue 1 à la différence de buts ce samedi soir, en attendant le déplacement de l’OM à Troyes ce dimanche (21h), il le doit en partie à Kévin Gameiro. Associé en attaque à Zlatan Ibrahimovic, l’ancien Merlu a inscrit l’unique but du match face à Reims de la tête, sur un centre parfait de Maxwell venu de la droite que le géant Suédois aux neuf buts depuis le début du championnat -trop court-, ne pouvait reprendre (65e). L’international français avait déjà marqué un doublé face à Sochaux (29 septembre).

Mais les Parisiens, qui ont enregistré les blessures de Nene (vraisemblablement victime d’une fracture de la pommette) et Mamadou Sakho (cuisse), ont dû patienter plus d’une heure avant de tromper un Kossi Agassa vigilant. Et ils s’en sortaient même plutôt bien jusqu’à alors. Car le PSG peut remercier son gardien italien Salvatore Sirigu. A la 39e minute, Grégory van der Wiel a repoussé un ballon de la main dans sa surface et écopé au passage d’un carton jaune. Penalty logique, mais Diego, sûrement déstabilisé par la bronca du Parc des Princes, a vu sa frappe être détournée par la main ferme du gardien parisien.

Merci Sirigu, aussi

Au retour des vestiaires, le PSG a accéléré, mais a « croqué » plusieurs belles opportunités par Zlatan Ibrahimovic (60e, 76e) mais aussi par Blaise Matuidi, très remuant malgré son match avec les Bleus en Espagne mardi soir, dont la frappe détournée par la transversale aurait mérité meilleur sort (54e). Jérémy Ménez a également trop piqué son ballon en fin de match (86e), avant de manquer l’immanquable dans la minute suivante. Sur une superbe passe d’Ibrahimovic, l’ancien Romain, excentré légèrement à gauche, a fait le plus dur en dribblant Agassa, mais n’est parvenu pas à accrocher le cadre.

Côté Champenois, il y a de quoi nourrir des regrets. L’entrée en jeu de Toudic (70e) aurait pu être synonyme d’égalisation avec un superbe ciseau qui a rebondi sur l’arête du but de Sirigu (83e). Les hommes de Carlo Ancelotti ont malgré tout géré ces trois points qui s’offraient à eux, ainsi que la première place provisoire du classement avec 19 points, grâce à une meilleure différence de buts (+10, contre +5 pour le rival marseillais). Invité par Nasser Al-Khelaïfi, ancien tennisman et actuel président de la Fédération qatarienne de tennis, Rafael Nadal n’a pas eu droit à un grand spectacle. Mais la soirée reste malgré tout plutôt bonne pour le PSG.

Jean Rioufol