RMC Sport

Puel encore loin de Nice

Claude Puel

Claude Puel - -

Annoncé comme le prochain entraîneur niçois, Claude Puel est encore très éloigné d’un accord avec les dirigeants azuréens. Entre un budget trop serré et un avenir sportif incertain, le futur de l’OGC Nice reste encore flou.

A Nice, l’été risque d’être très agité. Si les touristes seront nombreux à venir flâner ou se prélasser sur la promenade des Anglais, dans les coulisses de l’OGCN, en revanche, l’ambiance risque d’être beaucoup plus studieuse. Si son maintien n’est pas encore assuré avant la dernière journée de L1, le club azuréen prépare déjà l’avenir. Et celui-ci n’est pas certain de s’écrire avec Claude Puel comme entraîneur. Annoncé ces derniers jours avec insistance chez les Aiglons, l’ancien coach lyonnais (2008-2011) n’a encore conclu aucun accord avec Jean-Pierre Rivère, le président niçois. Les deux hommes ne se sont d’ailleurs rencontrés qu’une seule fois, à l’occasion d’un match au stade du Ray auquel Puel assistait.

Jean-Pierre Rivère se pose toutefois de nombreuses questions sur l’avenir de son club. Et particulièrement sur celui de son staff technique. Arrivé sur le banc en novembre dernier pour sortir le club de la zone rouge, en remplacement d’Eric Roy, René Marsiglia est en passe de remplir sa mission, non sans difficultés. Il sera fixé sur son sort lundi, lors d’une entrevue avec son président. « Quand René Marsiglia et le staff ont repris en main l'équipe, on s'est dit qu'il n'y aurait aucun engagement de part et d'autre, rappelle Rivère. L'objectif était de sortir le club de l'ornière et on s'est donné rendez-vous en fin de championnat. Donc, on se verra d'homme à homme et on prendra les décisions qu'il faut prendre. » En froid avec Rivère, le manager sportif Eric Roy n’est pas certain non plus de rester au club l’an prochain.

Bientôt des investisseurs qataris ?

Après une année sabbatique, Claude Puel (50 ans) pourrait être tenté par le projet niçois qui, selon Rivère, présentera un « tout autre visage la saison prochaine ». Joueur de Monaco de 1979 à 1996, puis entraîneur de l’équipe première de 1999 à 2001, Claude Puel connaît parfaitement la région. Autre problème (de taille) : le club n'a pas les moyens de s'offrir les services de l’ancien entraîneur lillois, même si ce dernier était prêt à consentir des sacrifices financiers.

En conséquence, Rivère pourrait alors ouvrir le capital du club et attirer de nouveaux investisseurs. A Nice, on sait que le président niçois, ami du maire Christian Estrosi, a pris le club en main pour le faire grandir et le vendre à un ou plusieurs investisseurs qataris lors de l'arrivée du Grand Stade, dont la livraison est prévue pour juin 2013. « Sauvons-nous et attendons ce que va faire le président », tempère François Clerc, le défenseur des Aiglons. Il est vrai qu’une descente en Ligue 2 chamboulerait sérieusement les plans niçois. Et enterrerait définitivement la piste menant à Claude Puel.

Le titre de l'encadré ici

Besson futur président niçois ?|||

Alors que la piste menant à Claude Puel pour le poste d’entraîneur n’est pour le moment pas très chaude, une autre rumeur revient avec insistance du côté de Nice. Eric Besson, l'ancien ministre de l’Industrie, qui a décidé de quitter la politique et de s'investir dans le football, pourrait débarquer sur la Côte d'Azur. Il amènerait dans ses bagages Sabri Lamouchi, qui occuperait les fonctions de directeur sportif. Eric Besson (54 ans) connaît et aime la Côte d'Azur. La saison dernière, lorsque Monaco évoluait en L1, il n'était pas rare de le voir au stade Louis II flanqué de sa compagne, devenue depuis son épouse. Selon nos informations, Christian Estrosi, l’actuel maire de Nice et lui aussi ancien ministre de l’Industrie, ne verrait toutefois pas d'un très bon œil l'arrivée de Besson à Nice, de peur sans doute que ce dernier ne brigue un jour la mairie.

AA avec Dominique Poulain