RMC Sport

Rami : « Contre le PSG, il va falloir « jumper » »

Adil Rami

Adil Rami - -

Après avoir fêté mercredi sa première sélection face à la Norvège (2-1), le défenseur lillois Adil Rami défie le PSG ce dimanche lors la deuxième journée de L1 (21h). Face à Hoarau et Erding, il s’attend à un vrai combat aérien.

Adil, que retenez-vous de votre première performance avec l’équipe de France face à la Norvège ?
Après chaque match, je me fais mon propre jugement. Contrairement à ce que j’ai pu lire, je n’ai pas été en dedans. Certes on a pris deux buts, mais on ne défend pas à deux (Rami était associé à Philippe Mexès en défense centrale). Dès qu’on prend un but, on dit au stoppeur que ça ne va pas. La première défense, c’est l’attaque. On attaque et on défend ensemble. D’après ce que j’ai pu lire, j’ai l’impression qu’on a perdu à cause de moi. Peut-être qu’on s’attendait à ce que je marque trois buts… Excusez-moi, la prochaine fois je ferai des crochets et des sombreros. Et si ça passe, on m’applaudira. Dans le football, il y a des hauts et des bas. J’assume. C’est du passé. Je suis revenu à Lille et j’ai un match important à jouer contre le PSG. J’ai été fier de voir que le Nord-Pas-de-Calais et ma famille étaient derrière moi.

Est-ce facile de se replonger dans le championnat ?
C’est clair que je vais devoir mettre ce moment dont j’ai longtemps rêvé de côté. Lille-PSG, c’est une belle affiche qui se joue en plus à la maison. Lille n’a pas l’habitude d’être bon en début de saison, c’est donc un match important. Il faut bien démarrer le championnat pour ne pas avoir de regrets en fin de saison.

 « J’avais oublié que j’avais un bon de sortie »

Lille est-il toujours aussi performant en attaque ?
Excepté l’arrivée de Moussa (Sow), le groupe n’a pas trop changé. Je ne sais pas si on réussira à finir meilleure attaque de L1 comme la saison passée (72 buts), mais on va essayer d’être parmi les premières.

Que vous inspire le PSG cette saison ?
C’est une très belle équipe. Offensivement, elle est assez armée avec deux très bons attaquants (Erding et Hoarau, ndlr). Il va falloir « jumper », car eux, ils sautent. A nous d’assurer. J’ai un peu parlé du match avec Guillaume chez les Bleus. Ce n’est pas nouveau : les équipes nous craignent. Je sais que ça ne leur fait pas plaisir de venir jouer à Lille. Nous, on n’a pas peur. On est des compétiteurs. On doit gagner mais on affronte tout de même le PSG qui reste en plus sur une victoire lors de la première journée (3-1 contre Saint-Etienne, ndlr).

Un mot sur votre avenir. Vous aviez un bon de sortie…
J’ai la tête à Lille. Je suis poussé par mes supporters, ma ville, mes équipiers, mon entraîneur. Je suis bien entouré. Heureusement que vous m’en parlez car j’avais oublié que j’avais un bon de sortie. Peut-être que le destin en décidera autrement. En tout cas aujourd’hui, je suis extrêmement concentré sur ce début de championnat.

JB