RMC Sport

Riboud : «Le football n’est pas la danseuse de Danone»

Riboud : « Le football n’est pas la danseuse de Danone »

Riboud : « Le football n’est pas la danseuse de Danone » - -

Le PDG de Danone, partenaire principal du club haut-savoyard promu en Ligue 1 cette saison, s’exprime en exclusivité pour RMC Sport. L’ami de Zidane et de Lizarazu précise son engagement et son mode de fonctionnement. Interview d’un seigneur des affaires.

Franck Riboud, la Ligue 1 vous fait-elle peur ?
Oui ça fait peur (rire). Je ne suis pas très courageux, mais je pense que c’est à l’entraîneur et au staff de prendre leurs responsabilités, c’est leur business. Ils ont consacré tellement d’efforts à ça que maintenant ils y sont. Ce ne sont pas des gens qui ont peur, il faut avoir des combattants et je crois qu’on les a.

Comment être plus malin dans le foot ?
C’est comme partout : il faut essayer d’être le plus malin sans faire le malin. Parfois on y arrive et parfois on n’y arrive pas. Il ne faut pas s’installer dans une habitude de succès, autrement on se mangera une gamelle.

Comment un club avec un budget de 28 M€ peut-il aller titiller des clubs de Ligue 1 ?
C’était pareil avec un budget de 10 M en Ligue 2. Je ne crois pas que tout soit lié à la puissance financière. Il doit y avoir une cohérence entre l’objectif donné et la puissance financière. On a des chances de rester en Ligue 1, la saison prochaine. Maintenant, si je vous dis que j’ai l’intention de gagner le championnat la saison prochaine avec un budget de 28 millions effectivement, je suis fou. Ceci dit, les fous ont souvent raison.

« Etre le plus malin sans faire le malin »

On a le sentiment que vous ne voulez pas faire d’Evian le FC Danone ?
Le sponsoring extérieur à Danone sera supérieur l’année prochaine. Peut être même qu’un jour on diminuera notre présence. On a amorcé la pompe, mais un jour l’oiseau fait nid. Alors oui, Danone, c’est l’assurance d’une pérennité, oui, il y a des actionnaires un petit peu connu, mais l’exposition de ce maillot a été largement supérieur à nos résultats.

Les actionnaires les plus célèbres, notamment Zidane, vont-ils s’investir encore plus ?
Non pas du tout. Ils sont libres de suivre ou pas. C’est une histoire d’amitié. Il ne faut pas qu’il y ait de pression sur les décisions du club. On prend leurs avis de connaisseurs.

Donc le football n’est pas la danseuse de Danone…
Non, absolument pas. On a un devoir d’animation de la ville. C’est comme le tournoi de Golf.

Vous avez un discours qui détonne ?
Je n’ai pas le discours de quelqu’un qui détonne. J’ai le discours de quelqu’un qui, entre guillemets, n’y connaît rien et qui applique à un club de foot les mêmes règles qu’à une entreprise.

Propos recueillis par Edward Jay