RMC Sport

Ricardo : « On s’attendait à souffrir »

-

- - -

Ricardo est revenu sur la saison délicate que vit l’AS Monaco, actuel 12e de Ligue 1. Le technicien brésilien ne se dit pas surpris par les difficultés du club du Rocher et demande de la patience, aussi bien pour son équipe, que pour le redressement en interne de l’ASM.

Ricardo, êtes-vous surpris par la saison difficile que connait l’ASM cette saison ?
On s’y attendait. On pense toujours faire mieux. Mais c’est vrai qu’au début de la saison, moi et Jean Petit nous attendions à connaître des difficultés.

Que voulez-vous dire ?
A l’issue de la saison dernière, le club était obligé de faire des économies. Si dans un club comme le nôtre, il nous faut faire des économies en fin de saison, c’est clair que cela ne va pas améliorer la situation. La moitié de l’effectif est composée de joueurs formés au club, des joueurs de qualité mais qui manquent d’expérience. On a également fait venir des joueurs qui ne connaissaient pas la L1, et qui ne connaissaient même pas l’Europe.

L’ASM ne pouvait-il pas faire autrement ?
Le club est en difficulté et ça ne date pas d’aujourd’hui. Depuis que nous sommes arrivés, des joueurs importants comme Menez nous ont quitté. Ce n’est pas le choix des dirigeants, ni celui de l’entraîneur. C’est un impératif économique. Pour réussir, il faut garder de bons joueurs et faire venir de bons joueurs. Il est très difficile pour un élément qui n’a pas beaucoup d’expérience de s’imposer dans des clubs comme Marseille, Monaco, Paris ou Saint-Etienne.

Mais votre ancien président, Jérôme De Bontin, avait pourtant promis de faire venir des investisseurs afin de réinjecter de l’argent au sein du club.
C’était son discours au départ. Il pensait arriver avec de nouveaux investisseurs .Mais on savait dès le départ que ce ne serait pas facile. Après, il y a eu la crise et cela ne s’est pas concrétisé. Du coup, on a dû faire avec les moyens du bord. Mais le championnat n’est pas fini. On a encore la possibilité d’améliorer notre classement.

Les recrues venues à l’intersaison n’ont pas convaincu. Notamment le jeune américain Freddy Adu, un joueur désiré par De Bontin.
Le président voulait absolument un joueur américain. Mais Park faisait partie des quelques noms cités dans la cellule de recrutement du club. Au club, tout le monde est content de lui. Même s’il n’a pas beaucoup d’expérience et qu’il découvre l’Europe, Park est une très bonne recrue. Quant à Adu, il n’a que 19 ans. Il va grandir, c’est sûr.

Faire venir Adu pour tenter un coup marketing, n’était-ce pas une erreur de la part de l’ex-président De Bontin alors que le club se bat pour retrouver son lustre d’antan ?
C’est une décision du président oui. Mais on ne peut pas mettre les mauvais résultats et le classement du club sur le dos d’Adu. Je pense que le recrutement a été correct. Il n’y avait pas de moyens. Avec 200 millions d’euros, 100 millions d’euros, le président n’a pas besoin de discuter avec son entraîneur de l’arrivée de tel ou tel joueur. En revanche, quand les moyens sont limités, c’est mieux de suivre les consignes de l’entraîneur qui est en place.

Vous avez rencontré Etienne Franzi, le nouveau président de l’AS Monaco. Qu’est-ce que vous en avez pensé ?
J’ai eu l’opportunité de le rencontrer hier durant une demi-heure. Il arrive, il veut savoir. Je suppose que ce doit être un bon connaisseur du football. Même s’il a beaucoup de capacités, c’est compliqué pour lui d’arriver et de prendre d’entrée les bonnes décisions pour le club. Il faut un temps d’adaptation pour tout le monde, surtout après les nombreux changements qu’il y a eu au club.

Vous serez en fin de contrat en juin prochain. Vous souhaitez continuer avec l’ASM ?
Oui.

Votre décision de prolonger l’aventure sur le Rocher sera-t-elle conditionnée par l’arrivée de tel ou tel directeur général ? On parle de Marc Keller, de Jean-Luc Ettori et même de Willy Sagnol.
Non, ça, ce sera le choix du président. Il choisira lui-même son équipe, son entraîneur, son directeur général. Avec lui, je peux parler des joueurs ou du recrutement. Mais sincèrement, je n’ai pas à parler avec lui de l’arrivée de tel ou tel dirigeant.

Selon vous, Monaco ne doit-il pas chercher à se renforcer en vue de la saison prochaine ? Parce qu’à moyen terme, l’ASM pourrait bel et bien se retrouver à jouer le maintien.
En football, on ne sait jamais. Je pense que les gens qui sont en place sont compétents. D’autres personnes vont certainement arriver mais peu importe. Il faut leur laisser le temps de bien travailler et faire les bons choix pour permettre à Monaco de s’en sortir.

La rédaction - Luis Attaque