RMC Sport

Riolo : « Le pactole de la L1 est-il si gros ? »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Retour sur le résultat de l’appel d’offre relatif aux droits TV de la L1…

La L1 est un produit de luxe. 141 millions de plus raflés par la bande à Thiriez. Presque autant qu’en Espagne, plus qu’en Allemagne ! Eu égard au spectacle proposé chaque week-end, c’est un miracle. Jamais rapport qualité/prix n’aura été aussi bien négocié. Avec ça en poche, va-t-on encore justifier notre médiocrité avec la sempiternelle rengaine du « c’est la faute au blé » ? Certains présidents disent déjà qu’ils voulaient plus !!

De l’argent en plus dans les caisses, des stades neufs, l’Euro 2016 dans deux ans, manque plus qu’à bricoler un arrangement autour de la taxe à 75% et on sera au top à la LFP ! En attendant, c’est champagne chez Thiriez ! Même si pour certains, il a le goût du mousseux…

Derrière cette réussite apparente, derrière le sourire de façade, plusieurs questions demeurent.

On s’en souvient, le président Thiriez avait décidé d’anticiper l’appel d’offres pour profiter de l’effet PSG, du retour de Monaco et de la guerre annoncée entre C+ et Bein.

L’effet PSG a fonctionné, mais celui de Monaco pas vraiment. L’ASM n’a, en effet, pas encore totalement livré bataille. Il devrait être plus fort la saison prochaine. On attend également le retour de Lens et peut-être les investissements de son nouvel actionnaire. Rien ne dit qu’attendre un an de plus n’eut pas finalement été plus bénéfique. La question s’est posée dès l’ouverture des enveloppes.

Mais la vraie surprise au moment de la découverte des sommes proposées a surtout été le constat suivant : Bein n’est pas parti en guerre. Car contre toute attente, Bein a laissé le gros lot à son concurrent. Les sommes proposées par la chaîne du Qatar laissent clairement comprendre qu’elle ne voulait pas entrer en guerre.

Ceux qui s’attendaient à une offre de dingue, une offre qui aurait plongé Canal dans l’angoisse en sont restés bouche-bée. Il se disait même que Vivendi vendait SFR pour grossir la tirelire et se préparer un trésor de guerre…

Même les « patrons » du cinéma français étaient montés au créneau ces derniers jours s’inquiétant de l’avenir de leur profession qui dépend en grande partie de la bonne santé du partenaire historique C+.

Pourquoi Bein s’est donc contenté d’aussi peu ? Tout le monde affirmait que de ne pas diffuser « son » PSG devenait insupportable. En coulisses, on avait tous remarqué que les stars du PSG n’avaient pas le droit de s’exprimer sur C+. On assimilait ça à une sorte de règlement de compte avant l’heure.

Pourquoi cette stratégie de l’évitement ? Pour ne pas couler une grosse entreprise française ? Pour ne pas passer encore plus pour le grand méchant loup qui veut « raser » le pays ? Y a-t-il eu des pressions politiques ? A-t-on au plus haut niveau préparé d’autres affaires, plus grosses. Des affaires qui donneront le change au Qatar, ce nouveau et si important partenaire de la France ?

Ou bien plus simplement, Bein veut se positionner ailleurs. En début de semaine prochaine, ce sont les droits de la Ligue des Champions qui seront attribués. Pour la France, ils sont pour l’instant plutôt faibles. Bein veut-il être plus fort lundi ? A terme, l’objectif est-il de récupérer le foot anglais pour offrir tout le foot européen à ses abonnés ?

En attendant d’en savoir plus, la L1 se retrouve donc avec 726 millions (il faut soustraire le pourboire pour la 2). Les plus gourmands des présidents espéraient une somme avec un 8 devant. Avec les droits pour l’étranger qui vont augmenter grâce au PSG, il y a de fortes chances que cette barre des 800 millions soit dépassée.

L’appel d’offres a néanmoins gâté nos petits clubs français qui vont peut-être en finir avec la culture de la chouine. A vos chantiers messieurs : Formation des joueurs, des entraîneurs, changement des mentalités, exigence à tous les niveaux, amélioration du recrutement, réforme de l’arbitrage… Ouh là, je m’emballe. Quand j’entends Thiriez dire que c’est logique d’être au niveau de l’Espagne, j’ai peur qu’il ne voit pas la différence entre L1 et Liga. Entre L1 et les autres. J’ai peur que cette vision soit partagée par d’autres. A ce niveau de cécité, j’ai peur qu’aucune somme ne soit suffisante pour retrouver la vue…

A lire aussi :

>> Droits TV : La Ligue 1 sur le podium européen

>> 748,5M€, est-ce le bon prix pour le foot français ?

>> Thiriez : « 750 millions d’euros, c’est convenable »

La rédaction