RMC Sport

Riolo : « On y voit plus clair… »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Retour sur la J28 de Ligue 1…

On refait le coup du Bordeaux/OL, ¼ de LDC en 2010 ou pas ? Cette remarque est usée. Oublions. Dès la compo de l’OL donnée, j’ai compris que l’équipe de Garde passerait une sale soirée. Une défense centrale à 3, un milieu privé de Grenier et comme d’habitude de Gourcuff, ça ne sentait pas très bon. Et comme à Bordeaux, Gillot avait insulté ses joueurs dans la semaine et que ça a souvent un effet positif…

Avec sa compo remaniée, l’OL n’arrive à rien et prend un but très vite. Garde s’est trompé et se ravise un peu après la 30e minute. L’OL se remet à l’endroit et tente de faire le jeu. C’est très moyen et en restant groupé, Bordeaux est dans la soirée idéale. On mène, on attend, on contre. C’est simple. Simple comme le scenario de ce match médiocre. Après le premier but, que peut-il se passer ? L’égalisation ou le 2e but en contre… Au lieu de ça, on a droit à une fin de folie avec 2 buts lyonnais dans les dernières secondes. L’émotion rachetant alors la qualité du match.

Dans l’après-midi, la course à la 3e place s’était un peu clarifiée. La bonne affaire est donc pour Lille qui avant de recevoir Nantes la semaine prochaine, compte 5 points d’avance. Devant Montpellier, on a revu le LOSC de 2013. Solide, compact, plus fort dans les duels. Un jeu minimaliste, efficace sur coup-de-pieds arrêtés. Un succès net même si dénué de vernis.

Après, tous les poursuivants ne brillent pas plus. Sainté a beau être prétendant à la LDC, être l’une des meilleures équipes de notre pauvre L1, à Lorient, les Verts se sont fait manger. Que le 4e de L1 perde, ok, ça arrive, mais comment peut-il se faire balader à ce point par une petite équipe ? La question est bien sûr ironique. Face à Lorient, toutes les équipes de L1 (sauf le PSG) peuvent souffrir. Lorient joue au foot. Bien mieux que le 11 terne et sans saveur de Galtier. Au Moustoir, la différence en termes de jeu fut flagrante. Rassurante. Quand on veut jouer, on peut. Encore faut-il avoir un coach qui sait ce que jouer signifie. Encore faut-il ne pas chouiner sans cesse en répétant que c’est « la faute au blé » si on ne joue pas en L1. On ne joue pas parce qu’on ne sait pas !

Avant ce long dimanche de foot, le PSG était allé prendre le soleil en Corse. Bastia et sa fureur, son public, son envie, son caractère… Les clichés et la carte postale sont bien froissés. Et il a fallu moins de 10 minutes pour être convaincu que ce public et ce club méritent une équipe meilleure ou au moins plus vaillante. Hantz a beaucoup bricolé. A 5 derrière, puis à 4. L’idée était floue. Les intentions n’en parlons pas. « Le but était de s’installer, de les perturber et de ne surtout pas prendre le prendre le premier but ». Comprenne qui pourra. Paris s’est baladé et Bastia a regardé. En marchant, le PSG et Ibra ont disposé d’une équipe, d’entrée, résignée. En L1, l’idée est désormais répandue qu’on ne peut rien faire contre ce PSG. Alors tout le monde ou presque baisse le short. Dans le même temps, en Espagne, Valladolid battait le Barça. Créer l’exploit est difficile, mais on peut au moins tenter non ? Si un joueur comme Cahuzac arrive à se battre et à être digne, pourquoi les autres ne pourraient pas l’imiter ? Comment peut-on encore aligner un Boudebouz dans une équipe pro ? Et le pauvre Cissé, usé, archi-usé.

Sinon, à Paris, tout va bien. Lavezzi, qui a vraiment besoin d’être physiquement bien pour être performant, est en pleine forme. Quant à Lucas, il progresse match après match.

Derrière le PSG, on sait depuis longtemps que Monaco sera là. Encore une victoire difficile et de plus en plus de critiques. Je trouve ça vraiment exagéré et hors sujet. Ce club vient de L2, l’équipe est neuve, sans vécu commun, privée de sa star et elle tient ! Sans un PSG intouchable, elle serait même championne !! Dans un football normal, bien géré et pensé sportivement, l’OM, l’OL auraient dû retarder l’ascension de l’ASM. Mais dans ce contexte, avec un grand coach et 3, 4 joueurs de classe, l’affaire sera vite pliée.

En ouverture de cette journée, l’OM s’était incliné devant Nice. Les Marseillais ont livré une prestation pathétique. Il n’y a plus grand-chose à dire ou à attendre de l’OM. La bagarre pour la 3e place est de plus en plus dure et seule la relance du fameux projet Labrune retient l’attention. Qui pour entraîner Marseille la saison prochaine ? C’est la question du moment. Début mars, on ne veut déjà plus de cette saison qui promet un échec retentissant. Mars, c’est pourtant la période où tout se joue, tout commence. Mais à Marseille, c’est le début d’une politique sportive cohérente qu’on aimerait voir initier un jour…

Questions :

Quand notre L1 va enfin admettre que Christian Gourcuff est un exemple ?

Quand va-t-on cesser de placardiser Gourcuff, de ne pas regarder ce qu’il fait ?

Quand va-ton comprendre que jouer, donner du plaisir au public n’est pas un bonus, que c’est possible même sans énormes moyens financiers ?

Quand va-t-on faire la révolution du jeu dans notre championnat, dans nos mentalités ?

A lire aussi :

>> Bordeaux-Lyon : la fiche du match

>> Bordeaux-Lyon : les notes

>> Larqué interloqué par Bordeaux

La rédaction