RMC Sport

Riolo: "Petit OL, grand PSG"

Retour sur le début de la 13e journée de Ligue 1…

Sans Fekir, Lyon manque de beaucoup de choses et notamment de créativité. Montpellier défend bien, ok. Montpellier avait embêté le PSG en bétonnant et avait arraché un nul à Monaco, ok aussi, mais ça va forcément excuser l’OL ? Au moment de profiter du nul de l’ASM à Amiens, Lyon avait le droit de proposer autre chose que cette bouillie de jeu. Fekir était donc remplacé par Aouar et à droite de l’attaque, Traoré par Cornet. Le jeune Lyonnais a fait son max et il serait dur de lui faire des reproches. En revanche avec Cornet, l’OL était vraiment handicapé. Il a été médiocre et ce n’est pas la première fois.

Après dix premières minutes encourageantes, l’OL n’a, non seulement rien fait de bien, mais peu à peu, c’est même Montpellier qui a dominé le match !! Avec juste un peu plus de technique, les Héraultais auraient pu marquer dès la première période. Sans cohérence, Lyon a, en effet, concédé beaucoup trop de situations près de son but !

A un moment, je me suis demandé si Montpellier avait prévu de jouer un tel match, de jouer autant de situations devant le but de l’OL. Est-ce que finalement, ils n’ont pas été surpris ?

On a revu l’OL de la saison dernière, du début de saison. Sans jeu, sans imagination. Le 0-0 est même une bonne opération pour ce pauvre OL.

La série était belle jusque là. Le derby a transformé tout le monde en vedette. Dans le contenu, en dehors de ce derby vraiment maîtrisé, c’était peut-être pas toujours abouti. Fekir cachait pas mal de lacunes. Sans lui, l’OL a fait peine à voir…

En haut du classement, le PSG continue son parcours quasi parfait. On a beau chercher des conflits entre Neymar et à peu près tout le monde, entre le club et l’UEFA, rien n’y fait, Paris avance sans le moindre souci. Mais on ne va pas tarder à revenir à la charge en arguant que Neymar ne supporte pas la supériorité de Cavani, non ? Et c’est vrai que la star de l’équipe, c’est bien lui. Admirable et excellent.

Les gros scores du PSG deviennent évidents. Bus ou pas bus en face, le résultat ne dépend que de l’implication des Parisiens. La seule question, toujours la même, c’est : comment envisager de briller au plus haut niveau européen quand on rencontre aussi peu d’adversité au quotidien ? Oui, je sais, la question est banale, mais de temps en temps elle revient. Elle occupe l’esprit pendant qu’on regarde un match aussi tranquille.

Sinon, vendredi, j’ai vu Lille battre Sainté. Franchement, il faut être aveugle et ne rien comprendre au foot pour ne pas voir, pour ne pas comprendre, ce qu’essaye de faire cette équipe ! Ce que Bielsa met en place, c’est du vrai, du grand foot ! Et ce n’est pas la première fois cette saison. Alors oui, parfois c’est très fragile. C’est risqué, c’est pas toujours abouti, ça respire pas toujours la confiance, mais il se passe quelque chose !

L’énergie, la générosité, la volonté de jouer, de bouger, d’attaquer : comment ne pas voir ça ? Il enlève quelque chose aux gens Bielsa ? Il vole quelqu’un ? C’est quoi le problème ? Comment critiquer ce qu’il met en place ? Ça me dépasse, en fait ! Ça marche ou pas, mais c’est remarquable de se battre pour faire ça. Mettre un bus et attendre, c’est mieux ? Ça tient sur la durée ou pas, ça gagne ou pas et alors ? C’est quoi le problème ?

Est-ce qu’on peut juste regarder et admettre que c’est intéressant ? Que l’idée de jeu proposée est remarquable ? Depuis des années, on nous dit qu’il faut du temps pour développer du jeu, et là ? Quelques mois, non ? Comment ce LOSC va évoluer, je ne le sais pas, mais je suis sûr que les supporters du club peu à peu seront tous convaincus et que eux, comme tous ceux qui ont vu ce coach de près, s’en souviendront.

Daniel Riolo