RMC Sport

Riolo : « Un titre attendu pour le PSG, logique, mérité »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - -

Le PSG a décroché le troisième titre de champion de France de son histoire, dimanche, au terme d’un nouveau succès, à Lyon (0-1). Daniel Riolo revient sur cette 36e journée de Ligue 1.

Le titre d’un côté, la LDC de l’autre, cet OL/PSG était bien doté niveau enjeu. Lisandro et Malbranque sur le banc, Garde continue d’afficher des choix nets. C’est classique côté Paris. Motta revient et ça ne devrait pas faire de mal au milieu. La première période est une succession de séquences. C’est d’abord totalement ouvert, avec occasion pour l’OL, puis pour le PSG. On entre ensuite dans un temps fort pour l’OL. Au milieu, le pressing est bon, Paris ne sort pas et doit subir la détermination lyonnaise. L’instant de folie ne dure toutefois pas. Paris attrape enfin le ballon vers la 20e minute et tente alors de poser le jeu, de faire retomber la pression. Le PSG gère mieux, ça devient évident, mais ça manque d’impact devant. Ibra est effacé et Menez joue au chien fou. Le meilleur quatuor offensif pour le PSG, c’est Lavezzi devant, Lucas à droite et Menez sur le banc. Dans cette première période, on doit relever aussi l’arbitrage de Stéphane Lannoy. Un arbitrage type international. L’intensité, le rythme du match est aussi aidé par ça. La deuxième période confirme ce qu’on a vu avant. Le PSG est au-dessus. Motta montre ce que doit être un milieu. Il récupère un ballon puis donne passe décisive à Menez. L’OL ne s’en sort pas et ne parvient pas à mettre la folie nécessaire dans le match. Garde tente un coup avec Lisandro à la place de Mvuemba. La nervosité qui avait marqué les dernières sorties du PSG semble avoir disparu. Le problème, c’est que même si Paris est supérieur, l’écart reste d’un but et on se dit que forcément l’OL va, à un moment, tout lâcher. Paris n’est donc pas à l’abri. Ne pas savoir boucler un match, ça aura été un défaut récurent cette saison. L’OL n’arrive pas à mettre le feu et Paris garde la maîtrise du jeu sans jamais souffrir. Le titre est là, au bout du temps additionnel. Un titre attendu, logique, mérité.

« Le groupe de l’OM est homogène »

L’OM est donc sur le podium et grâce au PSG, assuré d’être 2e de ce championnat. La série en cours est impressionnante, tout comme la façon dont Marseille a construit tout ça. Les défauts transformés peu à peu en qualités ne sont plus à rappeler. Grosse défense, efficacité maximale, détermination et surtout une gestion mentale des événements qui selon moi est la qualité première de ce groupe. Certes l’OM a évolué en zone confort toute la saison puisque l’attente était réduite et surtout focalisée ailleurs, mais encore fallait-il profiter de cette situation favorable. Contre le TFC, et malgré une première période encore très moyenne, l’OM a fait preuve d’une efficacité redoutable. Dans ce match, Romao au milieu, Ayew devant ont été les hommes forts. C’était Valbuena et Gignac, la semaine dernière. Le groupe est homogène. La préparation de la saison prochaine peut déjà débuter.

Derrière, la lutte pour la 3e place reste intense. Enfin surtout en apparence. Certains semblent, en effet, avoir renoncé. Avant leur match, j’ai noté qu’à Nice, on se pose des questions sur la gestion d’une 3e place qui viendrait comme un faux cadeau. A Sainté, c’est Guilavogui qui ne pouvait pas être plus clair : « la 3e place, ça sera difficile, ce n’est pas l’objectif, essayons d’assurer la 4e… » On s’en doutait, Sainté est qualifié en Europa League et c’est bien assez. Et logiquement, Saint-Etienne n’est pas arrivé à Lorient pour disputer une rencontre capitale en vue du podium. La première période est terne. Aubameyang rate une occasion suite à un gros cadeau de la défense bretonne et c’est tout. La réaction vient après le but lorientais. L’inutile Mollo n’est plus là et ca va mieux. Pas assez toutefois pour inverser le cours des choses. Lorient est à l’aise avec l’espace que Sainté lui laisse et la seconde période est bien plus intéressante. Le succès 3/1 de Lorient est net. Galtier a indiqué qu’il était en colère. Il a parlé détermination. La belle série s’est arrêtée au pire moment. Même si vous savez ce que j’en pense. Quand les dirigeants n’affichent pas l’ambition, pourquoi les joueurs le feraient ? Dans une semaine Saint-Etienne recevra l’OM et ne fera pas le cadeau à l’OL d’être impliqué par un quelconque enjeu.

« Nice n’est pas prêt »

A Evian en lutte pour le maintien, Nice avait une belle opportunité de se mêler à une bagarre qui ne devait pas le concerner il y a quelques semaines. Mais comme Sainté, Nice n’est pas prêt. Et soit Evian est devenu un monstre en une semaine au tarif de 4/0 aligné en brochettes, soit l’enjeu était trop grand pour les Aiglons. Qu’une équipe qui joue pour le podium perde face à une équipe qui joue le maintien, ok. Qu’elle prenne 4/0… Cela nous ramène aux faux écarts de ce championnat et à notre bonne vieille homogénéité si préjudiciable à un niveau d’élite. Alors la 4e place pourrait revenir à Lille qui avait battu tranquillement Reims vendredi. Comme si au moment de livrer son verdict, cette L1 devait clairement retomber sur ses pieds…

A lire aussi :

>> PSG - Le trophée remis au Trocadéro à 18h30

>> Le titre enflamme les supporters parisiens

>> Les anciens du PSG saluent leurs héritiers

Daniel Riolo