RMC Sport

Rivère : « Inadmissible et inacceptable ! »

Jean-Pierre Rivère

Jean-Pierre Rivère - -

Vingt-quatre heures après les incidents provoqués par les supporters stéphanois en marge de Nice-Saint-Etienne, Jean-Pierre Rivère, le président des Aiglons, ne décolère pas.
Rivère-Puel
Rivère-Puel © -

Président, que s'est-il passé dimanche ?

Je ne sais pas pourquoi ils sont entrés dans la tribune. Ils se sont mis à tout casser, à faire voler les sièges partout. Tout le monde a vu ces images-là. C’est inadmissible, inacceptable dans un stade. Moi, je me fie au rapport des instances, des services de police. A priori, il ne s’est rien passé avant le match. Donc une volonté délibérée de tout casser. On n’a rien à faire dans un stade quand on a cet état d’esprit.

Avez-vous le souvenir de telles violences à Nice ?

Ça fait deux ans que nous sommes dans ce club. Depuis deux ans, on souhaite garder un football populaire, avec de la chaleur, de l’ambiance. Il n’y a jamais eu de violence dans nos stades et il n’y en aura jamais. En partant de là, je ne peux pas accepter de la violence, même si c’est des Stéphanois. Je ne jette pas la pierre aux dirigeants stéphanois parce que ça peut arriver à tout le monde ce genre d’événements. Mais ce n’est pas possible de continuer comme ça. On ne se bat pas pour ça, nous, au quotidien. On se bat pour que le football redore son blason, son image, que les gens viennent au stade et prennent du plaisir. On ne prend pas de plaisir quand on a ce genre d’événements avant un match.

Après le match, on vous a vu courtois mais très ferme voire agacé avec votre homologue de Saint-Etienne, Roland Romeyer

Ce que je n’ai pas accepté hier soir, c’est une déclaration où on dit « Vous savez, s’ils ont fait ça, c’est parce qu’ils ont peut-être été mal accueillis. Je suis contrarié parce que mes supporters n’ont pas pu voir le match parce qu’ils ont fait des bêtises. » Attendez, ce ne sont pas des bêtises, là. On est dans des choses graves. Il y a eu des blessés. Et même s’il y en avait eu qu’un, c’est trop grave, on ne peut pas avoir ce genre de propos. Sur le moment, je peux vous assurer que j’étais assez énervé.

Quelles suites souhaitez-vous donner à ces incidents ?

Je souhaite que les présidents de clubs se réunissent avec les instances, et qu’on prenne des décisions qui nous permettent de ne plus vivre ce genre de choses parce qu’il y a eu des blessés. Mais j’ai aussi vu un supporter stéphanois se suspendre sur le plexiglas de sécurité et à un moment, être dans le vide. Ça fait peur. Je n’ai pas envie de vivre ça dans un stade.

La rédaction