RMC Sport

Rivière : « Meilleur buteur ? Oui, ça me passe par la tête »

Emmanuel Rivière

Emmanuel Rivière - -

Même s’il n’est pas toujours titulaire avec Monaco, Emmanuel Rivière réalise un début de saison tonitruant (6 buts). Et même si l’ASM a interdit aux journalistes d’évoquer l’équipe de France avec lui, l’ancien Stéphanois ne cache pas ses ambitions.

Emmanuel, vous vivez le plus beau début de saison de votre carrière et pourtant, vous n'êtes pas titulaire. Ça ne gâche-t-il pas un peu votre plaisir ?

Non, ça ne gâche rien car en début de saison, je savais ce qu’il en était. Le coach (Claudio Ranieri) m’a dit que je serai le deuxième attaquant (derrière Falcao). Je l’ai bien pris. Quand je suis sur le terrain, je donne le plus possible pour l’équipe. J’accepte ma situation et je me bats pour grappiller du temps de jeu.

Est-ce votre efficacité ou votre implication dans le jeu qui a séduit Claudio Ranieri ?

C’est le tout. Certes, je marque des buts mais je crée aussi des brèches, je fatigue les défenseurs. Ça aide l’équipe.

Avez-vous l'impression que l'équipe est plus performante quand vous êtes aligné avec Falcao ?

Ce n’est pas forcément moi, mais un autre système de jeu avec deux attaquants. Il y a plus de possibilités de marquer, plus de monde dans la surface. Avec Falcao et Moutinho derrière, l’équipe a aussi su remporter des matches. Tant que Monaco gagne, c’est l’essentiel.

Sur le premier but contre Bastia, on vous a vu vous imposer physiquement. Avez-vous toujours été aussi costaud ?

(Il rit) Non ! C’est pour cela que je ne veux pas oublier mon passage à Toulouse. En jouant tout seul devant là-bas, j’ai appris à être costaud pour garder les ballons, à jouer dos au but, à jouer de mon corps.

Vous n'êtes pas être entré en jeu au Parc des Princes face au PSG. Cela a-t-il décuplé votre motivation ?

On va dire que j’avais une grosse frustration. J’ai réussi à la transformer positivement pour m’en servir comme moteur supplémentaire contre Bastia pour marquer.

Monaco est leader du championnat. Que faut-il craindre du déplacement à Reims dimanche soir ?

Ce sera un match très difficile. Reims a une très bonne défense. Il faudra donc craindre leurs contres. On devra être vigilant. Contre Bastia, on a concédé beaucoup de tirs.

Vous êtes-vous fixé un nombre de buts à atteindre ?

Oui, mais je le garde pour moi. En juin, pendant les vacances, on l’a affiché à la maison chez ma mère. On a dit : « Cette année, c’est tant... » Je savais déjà que Falcao serait là. Si je le dépasse, je vous le dirai.

Pensez-vous au titre de meilleur buteur ?

Oui, ça me passe par la tête. Tous les attaquants en ont envie. Mais il me reste encore beaucoup de travail à fournir. J’ai des lacunes à combler. J’apprends encore.

A lire aussi :

Monaco impressionne la Dream Team

La fiche de l’AS Monaco

Larqué : « Marseille est loin derrière Paris et Monaco »

Propos recueillis par Yann Pécheral à Monaco